Sujet: 09. Un hiver de clown

http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Image/jeremiah/livres/9.jpg
Infos générales:
> BD no. 9
> Un hiver de clown
> Collection Repérages
> 45 pages
> Publié en 1983

Editeur:
> Editions Novedi/Dupuis

Scénariste:
> Hermann Huppen

Dessinateur:
> Hermann Huppen

Analyse :

Seuls, dans un désert blanc, Jeremiah et Léna essayent péniblement d'atteindre une ville. Alors qu'ils se réchauffent, un homme peu vêtu, frigorifié, prend leur fusil et les menace avant de mourir de froid. Jérémiah et Léna repartent, malheureusement, ils s'égarent et arrivent dans un port désaffecté. Ils sont recueillis sur un bateau bloqué par la glace par une troupe de nains parias et un médecin. Alors que Jeremiah veut montrer au médecin le cadavre, Lena se promène sur le bateau et découvre, dans une cabine, une petite fille. Jeremiah et Léna sont invités à manger, mais au retour dans leur cabine, ils découvrent que leurs habits ont disparu. Ils comprennent qu'ils sont tombés dans un piège, les nains veulent les faire mourir de froid. Alors que Jeremiah démolit la cloison pour faire du feu, le médecin lui avoue qu'il est, lui aussi, un prisonnier. Il a pu survivre, car il était médecin. La fillette est l'enfant de l'homme mort de froid. Le cheval de Jeremiah et Léna est sur la berge, mais ceux-ci n'arrivent pas à quitter le bateau. Le docteur confie la petite à Léna et à Jeremiah, avant de se sacrifier pour abaisser la passerelle. Ils arrivent à s'enfuir.

La nature et le froid

La neige et le froid sont omniprésent. On voit le seul bateau resté intact, immobilisé par la glace dans un port désaffecté. Le froid semble ralentir toutes vies qui soit. On ressent un silence apaisant et calme mais paradoxalement oppressant.
La neige recouvre les arbres, les plaines et aussi les routes. Jeremiah et Lena, sans chemins, et avec de fausses indications seront dirigés vers le bateau.
Le froid endort. Lena, frigorifiée, ne parvient plus à lutter, elle s'endort vaincue…
Le froid est aussi meurtrier. L'homme, peu vêtu, qui avance dans la souffrance et dans la neige, veut juste se réchauffer près du feu, mais la mort le gagne avant…
Le froid est implacable. C'est à petit feu que Jermiah et Lena sont lentement frigorifiés. Sans couvertures et avec le chauffage éteint, le jeu sera inégal et cruel…

Les marginaux et les rejetés

Le bateau semble être une arche de Noé, il accueille les déshérités, les marginaux et les parias que la société exclut. La société se croît trop parfaite et elle se qualifie de normale, elle rejette impunément toutes les personnes qui sont sur ses franges. Elle n'est pas conçue pour eux et c'est sans pitié qu'elle les écarte.
Les exclus désirent rire et s'amuser. Ils sont vêtus de vêtements clownesques et on ressent une atmosphère de cirque. (L'univers dans lequel se passe l'histoire semble tout droit sorti d'un film de Fellini).

Une violence innocente

On peut qualifier ces marginaux d'affreux gosses dépourvus d'intelligence qui possèdent une cruauté et une méchanceté innocente.

Déjà entre eux, ils n'ont pas de barrière.

Un nain heurté accidentellement par une des sienne, n'hésite pas un instant à la frapper violemment et à la jeter du bateau. Cette pauvre traverse la glace et coule. Les autres trouvent cette exécution amusante. Paradoxalement, ce geste violent semble incontrôlé et rempli de candeur. On jurerai qu'ils ne se rendent pas compte de la gravité de leurs gestes.

C'est par simple jeu qu'ils s'amusent à faire mourir les égarés. Ils assistent avec un plaisir cruel à la mort lente de leurs victimes. Tel des bourreaux, ils ne se gênent pas à aider le froid à gagner leurs victimes en leur enlevant toutes sources de chaleur.

On possède souvent une image idyllique de l'innocence des enfants. Mais en réalité le monde des enfants est le modèle réduit de celui des adultes avec les mêmes défauts mais sans le verni des conventions sociales. C'est pour cela que les enfants sont innocents, candides et naïfs, mais parfois aussi très cruels.

Le prisonnier et l'innocente

Bien que le médecin soit qualifié de maître, il n'est autre qu'une victime qui à pu survivre uniquement parce que les nains avaient besoin de ses services. C'est un prisonnier, et il doit assister sans broncher aux naufrageurs de l'hiver qui exécutent leurs proies. Il a honte de lui, car il devient complice des bourreaux. Excédé, il se serait sans doute révolté contre l'atrocité des nains s'il n'y avait pas eu l'arrivé de Winnie, cette jolie petite fille.

Afin de réparer son ignominie, il se sacrifie afin de délivrer Winnie en la confiant à Jeremiah et Lena.

Winnie représente la vraie innocence naïve de l'enfance. D'ailleurs elle croit que ses parents sont partis en voyage, alors que les parias clownesques les ont tués.

Bien que ce soit un récit sans Kurdy, c'est un des plus aimé par le public. Hermann aime beaucoup les aventures en huis clos. Il trouve cet épisode très cristallin. Il aime ce monde fragile où la mort froide est continuellement présente.

Patrick Dubuis
_____________________________
2002 © Hermannhuppen.com

Re: 09. Un hiver de clown

Génial, tout simplement : à relire encore et encore. On ne sait pas trop si on est chez Fellini, Mad Max ou Jeremiah Jonhson, ou alors dans "Freaks"... Poésie des images (certaines, comme le nain et la mouette rouge sont inoubliables), ambiance oppressante à souhait, qui distille un malaise croissant. Le mot chef d'oeuvre est très galvaudé de nos jours, mais là je crois qu'on peut l'employer !

3

Re: 09. Un hiver de clown

S'il y a un album qui fait l'unanimité, c'est bien celui-ci. Sans doute pour son scénario à contre-courant dans une série d'aventure dite "classique". Mais aussi pour son atmosphère oppressante et sa touche de fantaisie grotesque et monstrueuse d'où jaillit une étincelle de poésie pure.

J'ajouterais parmi mes préférés : Julius et Roméa et Trois motos... ou quatre.

Cela dit, bienvenue sur HH.be, Lamb Bear. Sympa de faire vivre cette partie du forum consacrée aux albums tombés en dehors de l'actu.

Re: 09. Un hiver de clown

J'ai découvert cette histoire, à suivre, en pré-publication dans SPIROU (4 épisodes, je crois) , entre les Sthroumpfs et le Scrameustache... Vous imaginez le choc ! Je devais avoir 14 piges et c'était mon premier Jérémiah... J'ai lu tous les autres dans la foulée !

5

Re: 09. Un hiver de clown

J'interviens pour cette première fois sur le forum à propos d'un album qui n'est pas de toute première fraicheur, que j'ai découvert bien après sa parution... mais c'est vraiment un classique !
Je ne vais pas repéter ce qui a été dit justement plus haut, mais par contre je voudrais aussi souligner l'originalité du couple Lena/Jeremiah. Léna n'est pas du tout une potiche, et le couple qu'elle forme avec Jeremiah n'est pas dénué de tensions, de sorte que leur duo ne fait pas regretter la presence de Kurdy et du "sel" qu'il apporte habituellement(je trouve). En fait, je regrette un peu que ce personnage n'ait pas joué un autre rôle par la suite(ce sera certes un plaisir de la retrouver dans le prochain Jeremiah !). Quoiqu'il en soit, ce qui est remarquable dans la série Eaux de colère, Hiver de clown, Boomerang, puis Delta, c'est que les relations entre les personnages principaux deviennent particulièrement intéressants et inattendus ! C'est pas si courant dans une série d'aventures... Mais ce n'est qu'un angle d'approche parmi d'autres, bien sûr, il y a d'autres aspects originaux.
Au fait, je n'ai pas tout lu d'Hermann, surtout ces dernières années, mais ce site et ce forum me donnent vraiment envie de combler mes lacunes.

6

Re: 09. Un hiver de clown

Fabien a écrit:

J'interviens pour cette première fois sur le forum à propos d'un album qui n'est pas de toute première fraicheur, que j'ai découvert bien après sa parution... mais c'est vraiment un classique !
Je ne vais pas repéter ce qui a été dit justement plus haut, mais par contre je voudrais aussi souligner l'originalité du couple Lena/Jeremiah. Léna n'est pas du tout une potiche, et le couple qu'elle forme avec Jeremiah n'est pas dénué de tensions, de sorte que leur duo ne fait pas regretter la presence de Kurdy et du "sel" qu'il apporte habituellement(je trouve). En fait, je regrette un peu que ce personnage n'ait pas joué un autre rôle par la suite(ce sera certes un plaisir de la retrouver dans le prochain Jeremiah !). Quoiqu'il en soit, ce qui est remarquable dans la série Eaux de colère, Hiver de clown, Boomerang, puis Delta, c'est que les relations entre les personnages principaux deviennent particulièrement intéressants et inattendus ! C'est pas si courant dans une série d'aventures... Mais ce n'est qu'un angle d'approche parmi d'autres, bien sûr, il y a d'autres aspects originaux.
Au fait, je n'ai pas tout lu d'Hermann, surtout ces dernières années, mais ce site et ce forum me donnent vraiment envie de combler mes lacunes.

Merci pour cette première intervention et bienvenue sur le forum.

Je suis bien d'accord, cet album est devenu un véritable classique dont l'histoire pourrait servir de base à un scénario de film. Et que dire des scènes de neige et le contraste final avec la mouette rouge. A mon sens, une des fins les plus belles et les plus surprenantes de la BD (avec Voyage en Italie de Cosey*).

* Mais ça, c'est pour le forum Toute la BD. wink

7

Re: 09. Un hiver de clown

Oui, cette image finale est superbe, et susceptible de bien des interpretations... De manière génèrale, les décors et les couleurs s'accordent parfaitement au thème de l'excentricité, de la marginalité et de la folie, qui apparait comme dangereuse et inquiétante, mais aussi vaguement séduisante au regard de ce triste monde, et même parfois attachante pour sa proximité avec l'enfance. Elle est combattue sans complaisance mais il reste un charme qui ne laisse pas le lecteur indifférent.

8

Re: 09. Un hiver de clown

Hé bien oui!! Quel album, il est spécial, différent. Une atmosphère qui m'englobe. J'y suis avec eux. Les couleurs sont extraordinaires. Je le relis de temps en temps. J'ai tous les albums et leur maturité m'impressionnent toujours. J'aime la façon de voir d'Hermann, elle me rejoint. Son interprétation de la nature humaine, son regard cru ...... , un monde dur et réaliste. Une désillusion stimulante!!! Merci Her... mann!!

9

Re: 09. Un hiver de clown

Ah, encore un p'tit nouveau. Bienvenue sur le forum ! wink