26

Re: 1. La boue et le sang

Frenchoïd a écrit:

Hello, tous les gars.
Ayé, j'ai lu "Duke", et c'est pour moi une bonne surprise. Non pas que l'histoire soit surprenante mais elle est bien menée, et je n'ai pas eu à me poser de questions emmerdantes* (qui est ce personnage ? que veut dire ce texte ? etc.) comme c'est parfois arrivé.
Je ne m'attendais pas à la chute, et elle me semble bienvenue. Limite osée, mais bienvenue. Comme écrivait Carver : « It's a small, good thing », après les divers évènements qui ont constitué le récit.
Graphiquement, comme je l'ai déjà noté, il va falloir que je m'habitue à certaines (relatives) nouveautés du trait d'Hermann (principalement des proportions qui me laissent perplexe, dans le rapport homme-cheval par exemple).
Une remarque : on constate qu'à l'encontre de "ce qui se fait" habituellement, quand Hermann montre des hommes qui courent, ils leur met systématiquement un pied au sol -- et souvent plutôt enfoncé ! --, voire même assez souvent (dans mon souvenir) les deux ! L'effet obtenu est évidemment assez inverse de ce à quoi on s'attend, et je me demandais si Hermann faisait ça consciemment -- et si oui, à quelle fin.
Si quelqu'un ici a accès à l'artiste... big_smile

Un pied, oui. Deux pieds, j'en doute. Il aime en effet montrer le personnage qui enfonce un pied dans le sol pour souligner le mouvement de propulsion. C'est son côté profondément terrien qui parle, voire animal. Avec le temps, cette tendance se marque de plus en plus. Alors qu'un Giraud, dans mes souvenirs, proposait une silhouette plus arienne du personnage en pleine course, les deux pieds décollés du sol. Giraud/Moebius avait la tête dans les nuages, le sanglier les deux pieds ancrés dans le sol. Ça fait une sacrée différence.

Frenchoïd a écrit:

Une question pour le scénariste-dialoguiste : en plaçant le mot "rémora" dans la bouche du marshal à « Ogden, Colorado, vers 1866 », tu savais exactement ce que tu faisais ** ? big_smile

Petite licence anachronico-littéraire. En général, j'évite mais on ne va pas en chier une pendule ! Si ? tongue

Frenchoïd a écrit:

Dernier point : vraiment pas moyen de m'habituer à cette couverture... sad C'est vraiment pour mon goût l'une des plus moches qu'il ait jamais faites. Je pense saisir l'idée, mais quant à son exécution... neutral

Tu es dur. Déjà qu'il n'y a pas d'arbre ! hmm

Re: 1. La boue et le sang

Yves H a écrit:

Un pied, oui. Deux pieds, j'en doute.

En effet -- ou presque. Je pense que c'est le panoramique de la planche 20 qui m'a mis ça en tête (alors qu'à l'examen les personnages gravissent là une pente, ils ne sauraient donc "voler"), et que ç'a coloré ma lecture de la suite, c'est-à-dire la séquences des planches 24-25, où pour mon regard les fuyards semblent vraiment collés à la terre (ce qui est un effet qui en l'occurrence est parfaitement efficace -- on peine avec eux et déjà on a le sentiment qu'ils ne s'en sortiront pas).

Yves H a écrit:

Il aime en effet montrer le personnage qui enfonce un pied dans le sol pour souligner le mouvement de propulsion. C'est son côté profondément terrien qui parle, voire animal. Avec le temps, cette tendance se marque de plus en plus. Alors qu'un Giraud, dans mes souvenirs, proposait une silhouette plus arienne du personnage en pleine course, les deux pieds décollés du sol. Giraud/Moebius avait la tête dans les nuages, le sanglier les deux pieds ancrés dans le sol. Ça fait une sacrée différence.

Je sais pas vous mais moi je trouve ça passionnant. Et merci Yves d'avoir développé.

Yves H a écrit:

Petite licence anachronico-littéraire. En général, j'évite mais on ne va pas en chier une pendule ! Si ? tongue

Ah non, du tout ! Perso j'aime assez ça, ce décalage qui propose de lire une époque révolue avec des lunettes d'aujourd'hui (je suis en train de découvrir "L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche" dans la traduction de 1997 et c'est assez dans le ton. Après, "Hamlet" en costumes de SS, c'est peut-être autre chose...). Non non, *vraiment*, je venais *pas* faire chier ! big_smile

28

Re: 1. La boue et le sang

Frenchoïd a écrit:
Yves H a écrit:

Un pied, oui. Deux pieds, j'en doute.

En effet -- ou presque. Je pense que c'est le panoramique de la planche 20 qui m'a mis ça en tête (alors qu'à l'examen les personnages gravissent là une pente, ils ne sauraient donc "voler"), et que ç'a coloré ma lecture de la suite, c'est-à-dire la séquences des planches 24-25, où pour mon regard les fuyards semblent vraiment collés à la terre (ce qui est un effet qui en l'occurrence est parfaitement efficace -- on peine avec eux et déjà on a le sentiment qu'ils ne s'en sortiront pas).

C'est vrai, dans la première case de la planche 25, tu n'as pas tort : ils semblent marcher plutôt que courir. Mais au final cela n'a pas de réelle incidence sur la narration.

Re: 1. La boue et le sang

D'incidence non, absolument pas, mais il reste un choix de narration, et c'est ce qui m'intéressait en l'occurrence.

30

Re: 1. La boue et le sang

C'est davantage un tic graphique qu'un choix narratif. Dans le scénario, il était question que les personnages courent dans la forêt en pleine nuit : qu'un des personnages se cassât la jambe semblait dès lors inéluctable. Evidemment, de les voir "marcher" rend la situation moins plausible. Mais pas irrecevable.

31

Re: 1. La boue et le sang

Yves H a écrit:

C'est davantage un tic graphique qu'un choix narratif. Dans le scénario, il était question que les personnages courent dans la forêt en pleine nuit : qu'un des personnages se cassât la jambe semblait dès lors inéluctable. Evidemment, de les voir "marcher" rend la situation moins plausible. Mais pas irrecevable.

Euhhh... Vous avez déjà couru dans un sous-bois, les gars ? Parce que je peux vous assurer qu'entre les branches mortes, les ronces et autres irrégularités du terrain, et ben parfois vous courez.. en marchant.

32

Re: 1. La boue et le sang

xav kord a écrit:
Yves H a écrit:

C'est davantage un tic graphique qu'un choix narratif. Dans le scénario, il était question que les personnages courent dans la forêt en pleine nuit : qu'un des personnages se cassât la jambe semblait dès lors inéluctable. Evidemment, de les voir "marcher" rend la situation moins plausible. Mais pas irrecevable.

Euhhh... Vous avez déjà couru dans un sous-bois, les gars ? Parce que je peux vous assurer qu'entre les branches mortes, les ronces et autres irrégularités du terrain, et ben parfois vous courez.. en marchant.

Ben oui, j'ai fait les scouts et l'armée, moi, m'sieur ! Mais j'imagine que quand on tente d'échapper à une bande de tueurs, on finit très vite par marcher... en courant ! tongue

Re: 1. La boue et le sang

Non mais en fait quand on y pense en bédé des gens qui marchent c'est courant. big_smile

34

Re: 1. La boue et le sang

Bon, et ben puisqu'on se moque, je boude. Na.
















tongue

35

Re: 1. La boue et le sang

D'ailleurs, ne dit-on pas des criminels qu'ils "courent toujours" (lesquels, s'ils manquent de morale, ne manquent pas de souffle !). wink

36 (modifié par lebédéphiledéchaîné 12-03-2017 10:04:38)

Re: 1. La boue et le sang

J'attendais cette remarque, Yves... C'était couru d'avance, si je puis dire.
J'ajouterais: ces criminels, si ce sont des voleurs ont du souffle et piquent...


( dans une chanson de feu " Bande à part", intitulée Bad gag à Bagdad, évoquant le bombardement d'un marché, j'avais écris:
Pourquoi ces gens qui courent dans un marché?
Pourquoi ces gens qui marchent dans une cour
Au son d'un musique militaire? )

Re: 1. La boue et le sang

Vous pouvez toujours courir les gars ! Du moment que ça marche !
Vous n'êtes qu'une bande de cul-de-jattes tongue

Living Well Is The Best Revenge

38

Re: 1. La boue et le sang

Je viens de lire l'album (offert par le FIBD), et comme d'habitude, j'ai bien aimé le film. J'avais déjà lu les extraits dans le Casemate, dont le fameux affrontement de Duke et des trois crapules. Donc j'entrai dans un monde déjà familier, et pourtant  ma lecture n'a pas été trop rapide, sans doute cela tient à la densité et au découpage de l'action.
Une histoire de l'ouest rude et violente, mais tempérée au final, par une once d'espoir, un soupçon d'espérance.
Et cet excès d'optimisme me plait beaucoup!
Je suis prêt à suivre Duke, dans ses prochaines aventures.Yep!

39

Re: 1. La boue et le sang

nim70 a écrit:

Et cet excès d'optimisme me plait beaucoup!

Tu n'as plutôt voulu dire un accès d'optimisme ? Parce que parler d'excès pour "une once d'espoir, un soupçon d'espérance", c'est pas un peu euh... excessif ? hmm

Sinon, je peux toujours revenir à ma recette habituelle : la noirceur la plus désespérante. tongue

40

Re: 1. La boue et le sang

Yves H a écrit:
nim70 a écrit:

Et cet excès d'optimisme me plait beaucoup!

Tu n'as plutôt voulu dire un accès d'optimisme ? Parce que parler d'excès pour "une once d'espoir, un soupçon d'espérance", c'est pas un peu euh... excessif ? hmm

Ah oui, accès d'optimisme, c'est bien, comme formule!

Yves H a écrit:

Sinon, je peux toujours revenir à ma recette habituelle : la noirceur la plus désespérante. tongue

Alors là, tu vas avoir du mal si tu envisages une série au long cours... big_smile
Et puis, pas de bêtise, hein, parce qu'on vient à peine de rencontrer Peg, et je souhaite faire plus ample connaissance ... wink

41

Re: 1. La boue et le sang

nim70 a écrit:

Et puis, pas de bêtise, hein, parce qu'on vient à peine de rencontrer Peg, et je souhaite faire plus ample connaissance ... wink

Rhââââ non, j'vais la buter. Elle et puis tous les autres. Vont tous crever !

http://fr.web.img6.acsta.net/videothumbnails/16/07/23/16/19/542903.jpg

Oups, désolé.

Je suis zen.

Re: 1. La boue et le sang

lol lol lol lol Nous sommes tous des Spartiates tongue

Living Well Is The Best Revenge

43

Re: 1. La boue et le sang

Mort de rire wink
Oui tue les tous Yves!!