Sujet: 10. Le corps d'Algernon Brown

http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Image/comanche/Comanche10.jpg
Infos générales:
> BD no. 10
> Le corps d'Algernon Brown
> 46 pages
> Publié en 1983

Editeur:
> Le Lombard

Scénariste:
> Greg

Dessinateur:
> Hermann Huppen

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Très belles couleurs de Fraymond. Et j'aime les dessins très épurés. Amusant de noter que miss Comanche pourrait être la grande soeur (ou la mère) de Nic : la ressemblance est frappante :-)

3

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Lamb Bear a écrit:

Très belles couleurs de Fraymond. Et j'aime les dessins très épurés. Amusant de noter que miss Comanche pourrait être la grande soeur (ou la mère) de Nic : la ressemblance est frappante :-)

A mon avis, plutôt l'arrière grand-mère. wink

Et c'est vrai qu'elles sont belles les couleurs de Fraymond. Mais c'est pas un scoop, ça. Il est aussi amusant de voir le sabordage, tout en discrétion, de la série par Hermann. Enfin, amusant... Je pense que ça n'a pas dû beaucoup plaire aux fans à l'époque : ça sentait le sapin (pour la collaboration Greg/Hermann, s'entend) et ça s'est vérifié puisque ce fut leur dernier opus ensemble.

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Yves H a écrit:

Il est aussi amusant de voir le sabordage, tout en discrétion, de la série par Hermann.

Et il serait sans doute à propos de rappeler le lien qui détaille ça (d'autant que moi-même je l'ai paumé)...

5 (modifié par Rice N 16-06-2009 08:28:59)

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

C'est ici :
http://www.hermannhuppen.be/Comanche.shtml

En fait, en partant de la page d'accueil, il suffit de cliquer sur "Comanche".
Le anachronismes sont en bas de page.

Un album trés trés moyen de mon point de vue.
Hermann ny est pour rien, c'est le scénario de Greg qui ne tient pas la route.
Cette enquête policière  n'a aucun rapport avec ce qu'était la serie et cet album pourrait bien être son "saut du requin". L'album de trop.
Alors que le precedent ne m'avait pas emballé non plus ( une enquête policière, déjà !), il y avait au moins cette case choc : L'indien qui ramène le scalp de cette fripouille de Doc Wetchin.
Mais dans ce dernier album, il n'y a rien. Fini.
Adieu Comanche

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

T'es dur, Rice, il y a quand même le tournant graphique d'Hermann (qui était moins un tournant qu'un bout de la piste, peut-être).

7

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Ah mais les dessins, rien à redire, hein !
C'est impressionant, encore une fois.
Ce minimalisme dans le trait, cette précision quasi chirurgicale du rötring n'ont pas fini de m'impressionner.
Mais dans une BD, il y a aussi le scénario, ça compte quand même.
Et là, je ne retrouve aucun des ingrédients qui m'ont fait aimer cette série.

8

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Une petite question : est-ce le premier album dont Fraymond s'occupe de la couleur ?...Sinon qui est-ce qui s'en occupait avant  ?

9 (modifié par Rice N 13-03-2011 10:16:15)

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Salut Corentin et bienvenu parmi nous !

Je peux au moins répondre à la première question : non, ce n 'est pas le premier album ou Fraymond a la charge des couleurs.
Il officie à ce poste depuis l 'album "Les Shériffs", du moins pour ce qui est des "Comanche", je ne sais pas quel est le premier album, toutes séries confondues, qui marque le début de cette collaboration entre les deux artistes.

Auparavant, c 'était Hermann lui même qui faisait les couleurs.

10

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Ah ben, bienvenue sur le forum itou ! smile

Vérification faite, Fraymond a débuté par Les héritiers sauvages puis a enchaîné sur Les sheriffs. La suite, vous la connaissez.

11

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Merci pour la réponse et votre accueil. wink

Je suis en train de lire la première intégrale de Comanche, au niveau de la qualité, c'est vraiment digne de Blueberry.
Pour moi, c'est avec l'album 'Red Dust' qu'Hermann s'affirme comme l'un des meilleurs dessinateurs de sa génération.

En la lisant, on dirait que graphiquement, il éprouvait bcp plus de plaisir à dessiner 'Comanche' que 'Bernard Prince'.

12

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

Pour moi, c'est avec l'album 'Red Dust' qu'Hermann s'affirme comme l'un des meilleurs dessinateurs de sa génération.

Il nous ferait une attaque s'il lisait ça ! Il considère ses premiers albums comme des œuvres de jeunesse, malhabiles et presque honteuses. En tout cas, c'est l'impression qu'il me donne quand ces albums sont évoqués devant lui.

Corentin a écrit:

En la lisant, on dirait que graphiquement, il éprouvait bcp plus de plaisir à dessiner 'Comanche' que 'Bernard Prince'.

Il y a une partie de vrai. Le western, et en particulier celui qui se déroule dans les forêts profondes du Nord-Ouest (i.e. au contraire de Blueberry qui hante les régions désertiques du Sud-Ouest), c'est sans doute son genre de prédilection. Avec le Moyen Age, bien sûr.

Mais il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives au sujet de Bernard Prince. S'il est vrai qu'il n'aimait pas que Greg l'entraîne dans des scènes mondaines comme le bal du gouverneur dans Tonnerre sur Coronado, je crois qu'il s'est éclaté dans des albums comme La fournaise des damnés et bien d'autres où son trait enlevé a pu s'exprimer. Maintenant, il n'a jamais caché qu'il a toujours davantage "senti" Red Dust que Bernard Prince ; mais aussi Barney Jordan que Comanche. Comme quoi, rien n'est jamais simple.

13

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

Pour moi, c'est avec l'album 'Red Dust' qu'Hermann s'affirme comme l'un des meilleurs dessinateurs de sa génération.

Il nous ferait une attaque s'il lisait ça ! Il considère ses premiers albums comme des œuvres de jeunesse, malhabiles et presque honteuses. En tout cas, c'est l'impression qu'il me donne quand ces albums sont évoqués devant lui.

Corentin a écrit:

En la lisant, on dirait que graphiquement, il éprouvait bcp plus de plaisir à dessiner 'Comanche' que 'Bernard Prince'.

Il y a une partie de vrai. Le western, et en particulier celui qui se déroule dans les forêts profondes du Nord-Ouest (i.e. au contraire de Blueberry qui hante les régions désertiques du Sud-Ouest), c'est sans doute son genre de prédilection. Avec le Moyen Age, bien sûr.

Mais il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives au sujet de Bernard Prince. S'il est vrai qu'il n'aimait pas que Greg l'entraîne dans des scènes mondaines comme le bal du gouverneur dans Tonnerre sur Coronado, je crois qu'il s'est éclaté dans des albums comme La fournaise des damnés et bien d'autres où son trait enlevé a pu s'exprimer. Maintenant, il n'a jamais caché qu'il a toujours davantage "senti" Red Dust que Bernard Prince ; mais aussi Barney Jordan que Comanche. Comme quoi, rien n'est jamais simple.

Chez chaque dessinateur, il existe un album charnière, pour moi c'était celui-là.
Au même moment, il dessinait 'L'oasis en flamme' qui est un bon album, mais graphiquement, il s'est bcp plus appliqué au niveau des décors (comme tu l'as bien expliqué pourquoi dans ton msg), mais aussi au niveau de la physionomie des personnages, ça se remarque qu'il a prenait bcp de plaisir à les dessiner.
Il y avait aussi plus de profondeurs dans les personnages et on sentait aussi une évolution au niveau de leurs psychologies plus que dans la série Benard Prince où ils étaient assez monolithiques.

Pour le personnage de Red Dust, est-ce qu'on ne peut pas dire aussi que c'est l'ancêtre de Jéremiah et de Kurdy, on retrouve les deux facettes du cow-boy dans la série ?

14

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

Chez chaque dessinateur, il existe un album charnière, pour moi c'était celui-là.

C'est une charnière très précoce mais pourquoi pas. Après tout, c'est surtout le ressenti de chaque lecteur qui s'exprime.

Corentin a écrit:

Au même moment, il dessinait 'L'oasis en flamme' qui est un bon album, mais graphiquement, il s'est bcp plus appliqué au niveau des décors (comme tu l'as bien expliqué pourquoi dans ton msg), mais aussi au niveau de la physionomie des personnages, ça se remarque qu'il a prenait bcp de plaisir à les dessiner.

Plus appliqué, je ne crois pas. Il s'est toujours appliqué à bien faire les choses. Peut-être, sans doute d'ailleurs, le western lui parlait davantage. De là à prétendre que les décors et la physionomie des personnages sont moins inspirés dans Bernard Prince que dans Comanche, c'est aller un peu vite en besogne. En revanche, le sable est très complexe à rendre en dessin, ce qui explique peut-être que le Red Dust donne une impression de plus grande maîtrise que L'oasis en flammes.

Corentin a écrit:

Il y avait aussi plus de profondeurs dans les personnages et on sentait aussi une évolution au niveau de leurs psychologies plus que dans la série Bernard Prince où ils étaient assez monolithiques.

C'est sans doute vrai à mesure que la série se développe. La série Comanche se présente sous une forme de saga, laquelle possède au contraire du format "aventure pure" de Bernard Prince une dimension psychologique plus affermie : les personnages sont par définition censés évoluer alors que cela n'est aucunement requis dans une série comme Bernard Prince (même si cela n'est évidemment pas interdit) qui est basée exclusivement sur l'action. Dans ce type de série, il est rare que les personnages évoluent : ils restent souvent tels qu'au premier album et le lecteur a le plaisir de les retrouver inchangés dans des situations souvent rocambolesques qui ne recourent pas à l'argument psychologique. C'était très vrai à l'époque, moins aujourd'hui. C'était aussi un choix assumé par Greg.

Corentin a écrit:

Pour le personnage de Red Dust, est-ce qu'on ne peut pas dire aussi que c'est l'ancêtre de Jéremiah et de Kurdy, on retrouve les deux facettes du cow-boy dans la série ?

Il y aussi indéniablement du Bernard Prince et du Jordan : le binôme héros sans peur et sans reproche flanqué de son acolyte accablé par les faiblesses humaines (le type auquel on s'attache mais qui fait souvent capoter les efforts du héros) est récurrent dans la majorité des séries BD. Hermann s'en est donc fatalement inspiré. Avec le temps, ce binôme a pris de la bouteille et les deux personnalités ont évolué (surtout Jeremiah). Mais dans les premiers albums, on distingue encore très fortement la patte de Greg (et celle de la BD traditionnelle).

15

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

Chez chaque dessinateur, il existe un album charnière, pour moi c'était celui-là.

1. C'est une charnière très précoce mais pourquoi pas. Après tout, c'est surtout le ressenti de chaque lecteur qui s'exprime.

Corentin a écrit:

Au même moment, il dessinait 'L'oasis en flamme' qui est un bon album, mais graphiquement, il s'est bcp plus appliqué au niveau des décors (comme tu l'as bien expliqué pourquoi dans ton msg), mais aussi au niveau de la physionomie des personnages, ça se remarque qu'il a prenait bcp de plaisir à les dessiner.

2. Plus appliqué, je ne crois pas. Il s'est toujours appliqué à bien faire les choses. Peut-être, sans doute d'ailleurs, le western lui parlait davantage. De là à prétendre que les décors et la physionomie des personnages sont moins inspirés dans Bernard Prince que dans Comanche, c'est aller un peu vite en besogne. En revanche, le sable est très complexe à rendre en dessin, ce qui explique peut-être que le Red Dust donne une impression de plus grande maîtrise que L'oasis en flammes.

Corentin a écrit:

Il y avait aussi plus de profondeurs dans les personnages et on sentait aussi une évolution au niveau de leurs psychologies plus que dans la série Bernard Prince où ils étaient assez monolithiques.

3. C'est sans doute vrai à mesure que la série se développe. La série Comanche se présente sous une forme de saga, laquelle possède au contraire du format "aventure pure" de Bernard Prince une dimension psychologique plus affermie : les personnages sont par définition censés évoluer alors que cela n'est aucunement requis dans une série comme Bernard Prince (même si cela n'est évidemment pas interdit) qui est basée exclusivement sur l'action. Dans ce type de série, il est rare que les personnages évoluent : ils restent souvent tels qu'au premier album et le lecteur a le plaisir de les retrouver inchangés dans des situations souvent rocambolesques qui ne recourent pas à l'argument psychologique. C'était très vrai à l'époque, moins aujourd'hui. C'était aussi un choix assumé par Greg.

Corentin a écrit:

Pour le personnage de Red Dust, est-ce qu'on ne peut pas dire aussi que c'est l'ancêtre de Jéremiah et de Kurdy, on retrouve les deux facettes du cow-boy dans la série ?

4.Il y aussi indéniablement du Bernard Prince et du Jordan : le binôme héros sans peur et sans reproche flanqué de son acolyte accablé par les faiblesses humaines (le type auquel on s'attache mais qui fait souvent capoter les efforts du héros) est récurrent dans la majorité des séries BD. Hermann s'en est donc fatalement inspiré. Avec le temps, ce binôme a pris de la bouteille et les deux personnalités ont évolué (surtout Jeremiah). Mais dans les premiers albums, on distingue encore très fortement la patte de Greg (et celle de la BD traditionnelle).

Pour le point 1 : je suis entièrement d'accord avec tes propos.

Pour le point 2 : Je ne dis pas qu'il était moins appliqué sur les albums de Benard Prince (je parle aussi d'une période bien précise l'année 69-70 et les années précédentes), qui sont aussi des albums très agréables à (re)lire.
Mais pour moi (et ce n'est que mon avis), je trouve quand même que dans les comanches, il a cherché à concurrencer le Blueberry de Giraud et il a réussi de manière magistrale sans faire de papier/collé tout en gardant et créant son style.
le découpage est cinématographique,  les arrières plans sont plus travaillés que dans les précédents albums (ça fourmille de détails), effort important au niveau de la documention.
Pour Bernard Prince, à l'époque, il n'y avait pas de série équivante à essayer de dépasser comme pour le western.

Point 3 : Tu as bien expliqué la différence au niveau de la psychologie des deux séries, bien que Greg aurait aussi pu modifier le genre comme il l'avait fait avec Bruno Brazil où il avait tué la moitié de l'équipe des caïmans.
Problème qui concernait plus le scénariste que le dessinateur.

Point 4 : C'est juste que pour les premiers albums de Jeremiah, on trouve encore la patte de Greg au niveau de l'écriture.
Ce que je voulais dire pour Red Dust, c'est que dans les trois premiers albums, il va chaque fois essayer d'épargner la vie des truands sauf si il n'en a pas vraiment le choix (un peu la même optique que Jeremiah)...Et dans le quatrième, il va abattre une crapule désarmée (un peu à la manière de Kurdy).
Bernard Prince et Jordan n'auraient jamais agis de la même manière pour le dernier point.

16 (modifié par Rice N 14-03-2011 09:50:19)

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

Point 4 : C'est juste que pour les premiers albums de Jeremiah, on trouve encore la patte de Greg au niveau de l'écriture.
Ce que je voulais dire pour Red Dust, c'est que dans les trois premiers albums, il va chaque fois essayer d'épargner la vie des truands sauf si il n'en a pas vraiment le choix (un peu la même optique que Jeremiah)...Et dans le quatrième, il va abattre une crapule désarmée (un peu à la manière de Kurdy).
Bernard Prince et Jordan n'auraient jamais agis de la même manière pour le dernier point.

C'est interessant, mais plus compliqué que ça encore :
L'idée d'abattre Dobbs désarmé au milieu des poubelles provient en fait d'Hermann, qui la suggéra à Greg.
La scène causa du reste quelques remous à l'époque je crois bien.
Ma lecture à moi, c'est que Greg, scénariste novateur pour son époque, commence doucement à se laisser déborder sur sa gauche.
Il semble en être resté aux westerns de Raoul Walsh et John Ford là ou Hermann à déjà embrayé sur Léone et Peckinpah, plus violents, et ou la frontière entre bons et mauvais est assez trouble, ce qui nous mène tout droit à Jeremiah

17

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

Mais pour moi (et ce n'est que mon avis), je trouve quand même que dans les comanches, il a cherché à concurrencer le Blueberry de Giraud et il a réussi de manière magistrale sans faire de papier/collé tout en gardant et créant son style.
le découpage est cinématographique,  les arrières plans sont plus travaillés que dans les précédents albums (ça fourmille de détails), effort important au niveau de la documention.
Pour Bernard Prince, à l'époque, il n'y avait pas de série équivante à essayer de dépasser comme pour le western.

Il est vrai que chaque fois qu'il ouvrait un album dessiné par Gir, il prenait un coup sur le coin de la tronche. Ça le mettait ko sur le coup mais il ne se laissait jamais pas abattre : bien vite il se remettait au boulot. Il est donc certain que la confrontation à distance avec Gir lui a servi d'aiguillon mais de là à prétendre que ce fut davantage visible sur Comanche que Bernard Prince, je n'en suis pas convaincu. Il suffit d'ouvrir certains albums de Prince pour s'en convaincre. On pense évidemment à La fournaise des damnés déjà évoqué mais cet album n'est pas le seul, loin de là. Peut-être tout simplement cela vient-il de toi et les Comanche te parlent-ils plus ?

Rice N a écrit:
Corentin a écrit:

Point 4 : C'est juste que pour les premiers albums de Jeremiah, on trouve encore la patte de Greg au niveau de l'écriture.
Ce que je voulais dire pour Red Dust, c'est que dans les trois premiers albums, il va chaque fois essayer d'épargner la vie des truands sauf si il n'en a pas vraiment le choix (un peu la même optique que Jeremiah)...Et dans le quatrième, il va abattre une crapule désarmée (un peu à la manière de Kurdy).
Bernard Prince et Jordan n'auraient jamais agis de la même manière pour le dernier point.

C'est interessant, mais plus compliqué que ça encore :
L'idée d'abattre Dobbs désarmé au milieu des poubelles provient en fait d'Hermann, qui la suggéra à Greg.
La scène causa du reste quelques remous à l'époque je crois bien.
Ma lecture à moi, c'est que Greg, scénariste novateur pour son époque, commence doucement à se laisser déborder sur sa gauche.
Il semble en être resté aux westerns de Raoul Walsh et John Ford là ou Hermann à déjà embrayé sur Léone et Peckinpah, plus violents, et ou la frontière entre bons et mauvais est assez trouble, ce qui nous mène tout droit à Jeremiah

Rien à ajouter, tout est dit (comme disait Merckx).

18

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

Mais pour moi (et ce n'est que mon avis), je trouve quand même que dans les comanches, il a cherché à concurrencer le Blueberry de Giraud et il a réussi de manière magistrale sans faire de papier/collé tout en gardant et créant son style.
le découpage est cinématographique,  les arrières plans sont plus travaillés que dans les précédents albums (ça fourmille de détails), effort important au niveau de la documention.
Pour Bernard Prince, à l'époque, il n'y avait pas de série équivante à essayer de dépasser comme pour le western.

Il est vrai que chaque fois qu'il ouvrait un album dessiné par Gir, il prenait un coup sur le coin de la tronche. Ça le mettait ko sur le coup mais il ne se laissait jamais pas abattre : bien vite il se remettait au boulot. Il est donc certain que la confrontation à distance avec Gir lui a servi d'aiguillon mais de là à prétendre que ce fut davantage visible sur Comanche que Bernard Prince, je n'en suis pas convaincu. Il suffit d'ouvrir certains albums de Prince pour s'en convaincre. On pense évidemment à La fournaise des damnés déjà évoqué mais cet album n'est pas le seul, loin de là. Peut-être tout simplement cela vient-il de toi et les Comanche te parlent-ils plus ?.

Je ne sais pas si Comanche me parle réellement plus, j'ai juste fait une comparaison.;-)
Si on regarde la chronologie des publications des séries de Hermann dans le journal Tintin, on remarque que 'La fournaise des damnés' est l'album qui suit 'Red dust'.
Donc le travail amorcé dans Comanche a été continué dans Prince, ça a peut-être servi de détonateur ?

Yves H a écrit:
Rice N a écrit:
Corentin a écrit:

Point 4 : C'est juste que pour les premiers albums de Jeremiah, on trouve encore la patte de Greg au niveau de l'écriture.
Ce que je voulais dire pour Red Dust, c'est que dans les trois premiers albums, il va chaque fois essayer d'épargner la vie des truands sauf si il n'en a pas vraiment le choix (un peu la même optique que Jeremiah)...Et dans le quatrième, il va abattre une crapule désarmée (un peu à la manière de Kurdy).
Bernard Prince et Jordan n'auraient jamais agis de la même manière pour le dernier point.

C'est interessant, mais plus compliqué que ça encore :
L'idée d'abattre Dobbs désarmé au milieu des poubelles provient en fait d'Hermann, qui la suggéra à Greg.
La scène causa du reste quelques remous à l'époque je crois bien.
Ma lecture à moi, c'est que Greg, scénariste novateur pour son époque, commence doucement à se laisser déborder sur sa gauche.
Il semble en être resté aux westerns de Raoul Walsh et John Ford là ou Hermann à déjà embrayé sur Léone et Peckinpah, plus violents, et ou la frontière entre bons et mauvais est assez trouble, ce qui nous mène tout droit à Jeremiah

Rien à ajouter, tout est dit (comme disait Merckx).

Je connaissais les annecdotes au sujet de la mort de Dobbs et de l'épisode familial ( avec un oncle, je pense).
Dans le tome 4, les germes du scénariste Hermann commencent à apparaître et aboutiront quelques années plus tard à la création d'un personnage comme Kurdy.
A partir du tome 6 de Comanche, Red redevient le personnage qu'il était dans les premiers albums, il n'évoluait plus, on en était revenu dans un schéma narratif plus manichéen, il s' en est lassé comme l'explique son manque d'envie pour cet album, mais ça reste tjs agréable à lire.;-)

19

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

Je ne sais pas si Comanche me parle réellement plus, j'ai juste fait une comparaison.;-)
Si on regarde la chronologie des publications des séries de Hermann dans le journal Tintin, on remarque que 'La fournaise des damnés' est l'album qui suit 'Red dust'.
Donc le travail amorcé dans Comanche a été continué dans Prince, ça a peut-être servi de détonateur ?

N'est-ce pas précisément à mettre sur le compte de l'évolution naturelle du dessinateur ?

Corentin a écrit:

Je connaissais les annecdotes au sujet de la mort de Dobbs et de l'épisode familial ( avec un oncle, je pense).
Dans le tome 4, les germes du scénariste Hermann commencent à apparaître et aboutiront quelques années plus tard à la création d'un personnage comme Kurdy.
A partir du tome 6 de Comanche, Red redevient le personnage qu'il était dans les premiers albums, il n'évoluait plus, on en était revenu dans un schéma narratif plus manichéen, il s' en est lassé comme l'explique son manque d'envie pour cet album, mais ça reste tjs agréable à lire.;-)

Comme l'a précisé Rice, l'épisode Dobbs fut une entorse isolée au contrôle total que Greg avait sur ses scénarios. Par la suite, leur collaboration fut conforme à la conception qu'en avait Greg : le scénariste scénarise, le dessinateur dessine. Mon père en a d'ailleurs gardé le pli.

Après Les sheriffs, je crois que Greg avait perdu son inspiration, piégé sans doute par son choix de faire de Comanche une série évolutive. Ce qui avait été sa force devenait sa faiblesse : le coup de loupe sur l'évolution de la société du Far West l'avait conduit à tuer le Far West dans les deux derniers épisodes. Il y avait perdu le fil de la série. Et mon père sa flamme. Et là, on en revient à leur conception opposée du western ; d'un côté Ford et Hattaway, de l'autre Peckinpah et Altman.

20

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

Je ne sais pas si Comanche me parle réellement plus, j'ai juste fait une comparaison.;-)
Si on regarde la chronologie des publications des séries de Hermann dans le journal Tintin, on remarque que 'La fournaise des damnés' est l'album qui suit 'Red dust'.
Donc le travail amorcé dans Comanche a été continué dans Prince, ça a peut-être servi de détonateur ?

N'est-ce pas précisément à mettre sur le compte de l'évolution naturelle du dessinateur ?

Je suis entièrement d'accord avec toi.;)
On peut peut-être dire que l'album 'Red dust' a été un album important dans son évolution ?

Yves H a écrit:

Comme l'a précisé Rice, l'épisode Dobbs fut une entorse isolée au contrôle total que Greg avait sur ses scénarios. Par la suite, leur collaboration fut conforme à la conception qu'en avait Greg : le scénariste scénarise, le dessinateur dessine. Mon père en a d'ailleurs gardé le pli.

Après Les sheriffs, je crois que Greg avait perdu son inspiration, piégé sans doute par son choix de faire de Comanche une série évolutive. Ce qui avait été sa force devenait sa faiblesse : le coup de loupe sur l'évolution de la société du Far West l'avait conduit à tuer le Far West dans les deux derniers épisodes. Il y avait perdu le fil de la série. Et mon père sa flamme. Et là, on en revient à leur conception opposée du western ; d'un côté Ford et Hattaway, de l'autre Peckinpah et Altman.

Une petite question dans le scénario original de départ comment se déroulait le duel entre Red et Dobbs ?...Etait-il aussi désarmé ?

21

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

On peut peut-être dire que l'album 'Red dust' a été un album important dans son évolution ?

Je crois que pour un dessinateur débutant - Hermann pouvait encore être considéré comme tel à l'époque - chaque nouvel album est important. Durant les premières années, l'évolution est souvent très rapide et les progrès manifestes. Par la suite, le niveau d'excellence étant quasi atteint, les améliorations d'album en album deviennent presque imperceptibles. Il est donc évident que c'est durant ses dix premières années de métier que ses progrès furent les plus spectaculaires. Donc oui, dans cet esprit, le Red Dust est un album important.

Corentin a écrit:

Une petite question dans le scénario original de départ comment se déroulait le duel entre Red et Dobbs ?...Etait-il aussi désarmé ?

Question intéressante que je lui poserai à l'occasion car je n'ai aucune idée de la réponse. wink

22 (modifié par Frenchoïd 14-03-2011 15:37:06)

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Rice N a écrit:

Ma lecture à moi, c'est que Greg, scénariste novateur pour son époque, commence doucement à se laisser déborder sur sa gauche.
Il semble en être resté aux westerns de Raoul Walsh et John Ford là ou Hermann à déjà embrayé sur Léone et Peckinpah, plus violents, et ou la frontière entre bons et mauvais est assez trouble, ce qui nous mène tout droit à Jeremiah

Est-ce qu'on ne peut pas en dire autant pour Ballade pour un cercueil ? Je ne connais pas très bien l'histoire éditoriale de Blueberry, mais il me semble que dans cet album-là Gir s'est immiscé dans le scénario, ce qui a donné des choses (et un nombre de pages) qui n'auraient pas existé par la seule volonté de Charlier, à ce que j'ai cru comprendre.
Et Charlier n'avait pas encore tout vu, puisque dès le tome suivant Moebius s'est emparé des outils de Gir...!

23

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

On peut peut-être dire que l'album 'Red dust' a été un album important dans son évolution ?

Je crois que pour un dessinateur débutant - Hermann pouvait encore être considéré comme tel à l'époque - chaque nouvel album est important. Durant les premières années, l'évolution est souvent très rapide et les progrès manifestes. Par la suite, le niveau d'excellence étant quasi atteint, les améliorations d'album en album deviennent presque imperceptibles. Il est donc évident que c'est durant ses dix premières années de métier que ses progrès furent les plus spectaculaires. Donc oui, dans cet esprit, le Red Dust est un album important.

On devrait demander l'avis des autres membres du forum pour connaître leur avis sur la question ? wink

Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

Une petite question dans le scénario original de départ comment se déroulait le duel entre Red et Dobbs ?...Etait-il aussi désarmé ?

Question intéressante que je lui poserai à l'occasion car je n'ai aucune idée de la réponse. wink

Merci...Mais si c'est Greg qui avait eu l'idée d'abattre un homme désarmé (le lieu du duel, on sait que c'est Hermann qui l'avait choisi), c'est qu'il lorgnait aussi vers le cinéma de Peckinpah.;)

24

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:
Yves H a écrit:
Corentin a écrit:

Une petite question dans le scénario original de départ comment se déroulait le duel entre Red et Dobbs ?...Etait-il aussi désarmé ?

Question intéressante que je lui poserai à l'occasion car je n'ai aucune idée de la réponse. wink

Merci...Mais si c'est Greg qui avait eu l'idée d'abattre un homme désarmé (le lieu du duel, on sait que c'est Hermann qui l'avait choisi), c'est qu'il lorgnait aussi vers le cinéma de Peckinpah.;)

Ce qui n'était pas le cas. Je voulais dire que j'ignorais quelle était la version imaginée par Greg avant que Hermann ne lui suggère la version définitive. J'imagine bien que Dobbs ne devait pas être assassiné de sang froid mais quant à savoir ce qu'elle contenait...

25

Re: 10. Le corps d'Algernon Brown

Corentin a écrit:

...Mais si c'est Greg qui avait eu l'idée d'abattre un homme désarmé (le lieu du duel, on sait que c'est Hermann qui l'avait choisi), c'est qu'il lorgnait aussi vers le cinéma de Peckinpah...

Je ne pense pas que Greg aurait voulu que DOBBS soit désarmé...A mon avis ça ne correspond pas à sa tournure de scénario...Effectivement c'est une bonne question !!!, j'espère qu'on en aura la réponse...