Sujet: Le diable des sept mers (intégrale)

http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Image/Couvertures/diable-integrale.jpg
Infos générales:
> Le Diable des Sept Mers
> Collection Aire Libre
> 128 pages
> Publié en 2016

Editeur:
> Editions Dupuis

Scénariste:
> Yves H.

Dessinateur:
> Hermann Huppen

Présentation : http://www.dupuis.com/le-diable-des-sep … rale/68307

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Existe en édition prestige avec un ex-libris numéroté et signé par les auteurs. wink

Living Well Is The Best Revenge

3

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Denis Hans a écrit:

Existe en édition prestige avec un ex-libris numéroté et signé par les auteurs. wink

Ne m'en parle plus, steuplé. 1600 exemplaires à signer. Je crois que ma signature n'a jamais autant souffert que ce jour-là. A la fin, elle ressemblait à du chinois ou de l'arabe, sais plus.

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Yves H a écrit:
Denis Hans a écrit:

Existe en édition prestige avec un ex-libris numéroté et signé par les auteurs. wink

Ne m'en parle plus, steuplé. 1600 exemplaires à signer. Je crois que ma signature n'a jamais autant souffert que ce jour-là. A la fin, elle ressemblait à du chinois ou de l'arabe, sais plus.

J'ai le n° 613/777 et la signature est encore lisible mr Bilal tongue

Living Well Is The Best Revenge

5

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Denis Hans a écrit:
Yves H a écrit:
Denis Hans a écrit:

Existe en édition prestige avec un ex-libris numéroté et signé par les auteurs. wink

Ne m'en parle plus, steuplé. 1600 exemplaires à signer. Je crois que ma signature n'a jamais autant souffert que ce jour-là. A la fin, elle ressemblait à du chinois ou de l'arabe, sais plus.

J'ai le n° 613/777 et la signature est encore lisible mr Bilal tongue

Tu as de la chance, ça commence à flancher à partir du n°614. big_smile

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Yves H a écrit:
Denis Hans a écrit:
Yves H a écrit:

Ne m'en parle plus, steuplé. 1600 exemplaires à signer. Je crois que ma signature n'a jamais autant souffert que ce jour-là. A la fin, elle ressemblait à du chinois ou de l'arabe, sais plus.

J'ai le n° 613/777 et la signature est encore lisible mr Bilal tongue

Tu as de la chance, ça commence à flancher à partir du n°614. big_smile

Ouf tongue wink

Living Well Is The Best Revenge

7

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

fabiango a écrit:
Yves H a écrit:

Oui, éventuellement. Mais peut-être avec quelques aménagements car - c'était à l'époque du Diable des Sept Mers - j'y avais introduit des sortes de zombies qui revenaient se venger de ceux qui les avaient tués.

Ah le diable des sept mers! J'avais adoré la grande partie du premier tome. Mais quand à la fin du premier tome, les "revenants" reviennent, j'ai été surpris. j'ai pensé un peu à Jim Cutlass (un truc des années 80 de JM Charlier et Giraud, puis de Giraud et Rossi): une bd un peu historique au début dans les deux cas (la piraterie dans le diable... vs le sud des USA après la guerre civile justement dans Jim Cutlass), et une histoire, dans les deux cas, qui part dans une direction surréaliste avec des zombies.

Au final j'ai bien aimé tous les épisodes de Jim Cutlass (même les derniers justement ou les zombies arrivent) , et trouvé le mélange zombie-western intéressant (après tout une histoire dans le bayou mélangé avec de la sorcellerie ça marche bien).

J'ai aussi aimé la fin du premier tome et le second tome du diable des sept mers, donc quand les "revenants" reviennent. Mais moins que le premier tome. Pas que l'arrivée des zombies me dérange, non. Mais j'aurai voulu un troisième tome. Je trouvais que tout s'enchainait trop vite une fois qu'on avait l'apparition des revenants à la fin du tome 1. Donc j'étais content de lire le tome 2 pour avoir la fin de l'histoire, mais c'est clairement le tome 1 que j'ai préféré. Avoir un troisième tome pour que tu prennes plus ton temps pour mieux développer l'aspect "revenants" m'aurait plus plu. J'ai lu dans un magazine (sans doute Casemate) une interview du Sanglier ou il disait qu'il avait pris plaisir à dessiner cette BD, mais que faire les bateaux d'époque et surtout les cordages, ça l'avait "saoulé" grave (il ne l'a pas dit comme ça, mais ça revenait à ça). Ceci explique peut être pourquoi lui et toi vous vous êtes limités à 2 tomes (sans compter certainement la maison d'édition).

Si on compare justement à Jim Cutlass, les zombies arrivent dans les deux ou trois derniers tomes (il y en a 6 ou 7 au total). Giraud et Rossi ont eu le temps pour introduire un peu de voudou, et tous les rituels...

Je me souviens de Jim Cutlass bien que n'en aie lu que le tome 1. J'en ai gardé le souvenir d'un album un peu bâclé par Giraud.

Pour répondre à ta critique du Diable, la raison avancée plus haut pour expliquer le fait qu'on se soit limités à deux albums est correcte. Mais je dois apporter une précision : au début, j'avais prévu cette aventure en trois tomes. Dans un premier temps, le sanglier n'avait pas réagi, ce qui m'avait convaincu qu'il était d'accord car, après tout, qui ne dit mot.. Malheureusement (pour moi), il est apparu que le sanglier a rapidement eu sa dose de voilures et de cordages et que lorsque le nombre de volumes est revenue sur la table, il m'a bien fait comprendre qu'il n'était pas question d'aller au-delà de deux albums et que si je pouvais conclure le second tome en 44 ou 46 planches, ce serait une excellente chose ! J'ai donc dû comprimer les deux tomes préalablement envisagés en un seul. Voilà pourquoi la deuxième partie du récit donne l'impression que les choses s'enchaînent dans la précipitation. wink

8

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Yves H a écrit:

Je me souviens de Jim Cutlass bien que n'en aie lu que le tome 1. J'en ai gardé le souvenir d'un album un peu bâclé par Giraud

Oui, le tome 1 dessiné par Giraud est peut être un peu bâclé (mais le dessin reste bon), mais le scénario de JM Charlier est très bien ficelé . A partir du tome 2, le dessin, assuré par Rossi , est très bien; Giraud lui assure le scénario (JM Charlier avait dû décéder entre la sortie du tome 1 et le 2). Je pense que c'est d'ailleurs parce que Giraud était au scénario qu'à partir du tome 3 (l'Alligator blanc), on commence à avoir un délire un peu vaudou, et des trucs de zombies à la fin dans les derniers tomes. Je ne pense pas que  Charlier aurait fait des scénarios de ce genre.

Yves H a écrit:

J'ai donc dû comprimer les deux tomes préalablement envisagés en un seul. Voilà pourquoi la deuxième partie du récit donne l'impression que les choses s'enchaînent dans la précipitation.

Ah bah j'ai mon explication maintenant! C'est dommage.

Je pense que la plupart des intervenants sur le site sont tous à l'origine des fans de western, parce que ça a bercé leur jeunesse ou leur adolescence avec des BD comme Blueberry et Comanche, mais aussi tous ces westerns qui passaient à la télé. C'est aussi pour ça qu'on est content que de bons westerns BDs sortent comme Bouncer ou Duke, des westerns plus modernes, différents, peut être plus adultes, ou Django unchained en film: ça nous rappelle peut être une part de notre enfance...

Les deux autres thèmes qui bercent la jeunesse et représentent l'aventure, ce sont les chevaliers du Moyen Age (par exemple, il y a beaucoup de jouets pour enfants (châteaux en Lego), de films (Ivanoe)...), et les pirates (n'y a t il pas un bateau de Pirates en Playmobil pour les petits?, n'avons nous pas tous été éblouis par Pirates de Polanski, l'Ile au trésor de Stevenson ou son adaptation BD par Hugo Pratt?).

Je crois que sont les trois grands thèmes qui ont bercé notre enfance. Il y a peut être d'autres thèmes, la science fiction par exemple. Mais on voit beaucoup la science fiction à travers le moyen âge (épées lasers, armures) et de la piraterie (n'avons nous pas connu un dessin animé qui s'appelait Albator, Pirate de l'espace?).

On est donc content de voir ces thèmes abordés de manière "plus adulte". Le sanglier a eu/a des séries westerns (Comanche et maintenant Duke); il a eu sa grande série sur le moyen âge (les Tours de Bois Maury); une série en quelques tomes sur la piraterie (plus que 2) et il aurait touché au trois grands thèmes de l'aventure! ça aurait été plutôt cool ça, non?

9

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

fabiango a écrit:
Yves H a écrit:

Je me souviens de Jim Cutlass bien que n'en aie lu que le tome 1. J'en ai gardé le souvenir d'un album un peu bâclé par Giraud

Oui, le tome 1 dessiné par Giraud est peut être un peu bâclé (mais le dessin reste bon), mais le scénario de JM Charlier est très bien ficelé . A partir du tome 2, le dessin, assuré par Rossi , est très bien; Giraud lui assure le scénario (JM Charlier avait dû décéder entre la sortie du tome 1 et le 2). Je pense que c'est d'ailleurs parce que Giraud était au scénario qu'à partir du tome 3 (l'Alligator blanc), on commence à avoir un délire un peu vaudou, et des trucs de zombies à la fin dans les derniers tomes. Je ne pense pas que Charlier aurait fait des scénarios de ce genre.

Ça, c'est certain ! big_smile

fabiango a écrit:
Yves H a écrit:

J'ai donc dû comprimer les deux tomes préalablement envisagés en un seul. Voilà pourquoi la deuxième partie du récit donne l'impression que les choses s'enchaînent dans la précipitation.

Ah bah j'ai mon explication maintenant! C'est dommage.

Je pense que la plupart des intervenants sur le site sont tous à l'origine des fans de western, parce que ça a bercé leur jeunesse ou leur adolescence avec des BD comme Blueberry et Comanche, mais aussi tous ces westerns qui passaient à la télé. C'est aussi pour ça qu'on est content que de bons westerns BDs sortent comme Bouncer ou Duke, des westerns plus modernes, différents, peut être plus adultes, ou Django unchained en film: ça nous rappelle peut être une part de notre enfance...

Les deux autres thèmes qui bercent la jeunesse et représentent l'aventure, ce sont les chevaliers du Moyen Age (par exemple, il y a beaucoup de jouets pour enfants (châteaux en Lego), de films (Ivanoe)...), et les pirates (n'y a t il pas un bateau de Pirates en Playmobil pour les petits?, n'avons nous pas tous été éblouis par Pirates de Polanski, l'Ile au trésor de Stevenson ou son adaptation BD par Hugo Pratt?).

Je crois que sont les trois grands thèmes qui ont bercé notre enfance. Il y a peut être d'autres thèmes, la science fiction par exemple. Mais on voit beaucoup la science fiction à travers le moyen âge (épées lasers, armures) et de la piraterie (n'avons nous pas connu un dessin animé qui s'appelait Albator, Pirate de l'espace?).

On est donc content de voir ces thèmes abordés de manière "plus adulte". Le sanglier a eu/a des séries westerns (Comanche et maintenant Duke); il a eu sa grande série sur le moyen âge (les Tours de Bois Maury); une série en quelques tomes sur la piraterie (plus que 2) et il aurait touché au trois grands thèmes de l'aventure! ça aurait été plutôt cool ça, non?

Le problème de la piraterie par rapport au Moyen Âge et au western, c'est que les rebondissements narratifs qui sont supposés être à répétition dans une série d'aventure, paraissent artificiels en raison du facteur espace-temps. Les voiliers sont lents, peu nombreux, leurs mouvements imprécis dans l'immensité de l'océan. Alors qu'une attaque de diligence dans un western peut être foudroyante, un abordage par un bateau pirate peut prendre des heures, voire des jours. Il faut alors nier cette réalité afin de l'intégrer dans un récit qui en théorie refuse toute idée de lenteur, d'où cette impression d’artificialité (que j'ai ressentie en écrivant le Diable). Ou alors opter pour un récit réaliste, plus lent certes mais aussi plus fidèle à ce qu'était réellement la vie des pirates. Ce serait d'ailleurs mon choix si je devais me replonger un jour dans cet univers : une vision hyperréaliste de la piraterie.

10

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Yves H a écrit:

problème de la piraterie par rapport au Moyen Âge et au western, c'est que les rebondissements narratifs qui sont supposés être à répétition dans une série d'aventure, paraissent artificiels en raison du facteur espace-temps. Les voiliers sont lents, peu nombreux, leurs mouvements imprécis dans l'immensité de l'océan

Ah je n'avais pas pensé à ça. C'est vrai que si on prend "L'ile au trésor", on ne pense pas tellement de temps à lire des passages sur la vie de l'équipage en pleine mer. Le début est à l'auberge de l'amiral benbow, on passe ensuite du temps dans une ville portuaire pour recruter l'équipage et rencontrer Long J. Silver, le voyage en mer est accéléré pour arriver au passage de la mutinerie, et puis on est ensuite sur l'ile. Alors même que sur une vraie échelle temps, le périple en mer doit être long et éprouvant.

11

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

fabiango a écrit:
Yves H a écrit:

problème de la piraterie par rapport au Moyen Âge et au western, c'est que les rebondissements narratifs qui sont supposés être à répétition dans une série d'aventure, paraissent artificiels en raison du facteur espace-temps. Les voiliers sont lents, peu nombreux, leurs mouvements imprécis dans l'immensité de l'océan

Ah je n'avais pas pensé à ça. C'est vrai que si on prend "L'ile au trésor", on ne pense pas tellement de temps à lire des passages sur la vie de l'équipage en pleine mer. Le début est à l'auberge de l'amiral benbow, on passe ensuite du temps dans une ville portuaire pour recruter l'équipage et rencontrer Long J. Silver, le voyage en mer est accéléré pour arriver au passage de la mutinerie, et puis on est ensuite sur l'ile. Alors même que sur une vraie échelle temps, le périple en mer doit être long et éprouvant.

Cela peut être un angle d'approche intéressant : la vie à bord d'un bateau est un microcosme qui recèle son lot de tensions, de luttes d'influence, de petits drames personnels. Certes, il y a moins d'action que dans un récit épique mais les rapports entre les protagonistes n'en sont pas moins vifs et les sentiments aiguisés. Il y a à mon sens de quoi faire.

12

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Je viens de regardé par curiosité dans ma bibliothèque l'adaptation de l'Ile au trésor par Pratt. La BD fait 58 planches. Le voyage en mer pour aller découvrir l'ile, c'est 3 planches. Sur la première de ces planches, une belle grande case avec 4 marins en train de remonter ou descendre une voile et un texte "Nous naviguâmes durant des semaines à la rencontre de l'île, la vie en mer me fascinait, tout me plaisait" (le narrateur c'est Jim Hawkins), plus quelques "petites" cases, et Jim qui découvre le tonneau plein de pommes. Sur la deuxième de ces planches, dès la deuxième case, le tonneau de pommes est presque vide. En voulant choisir une bonne pomme au fond du tonneau, et après un coup de mer, Jim tombe dedans (troisième case) et entend la conversation des pirates, quand Long John Silver explique à quelques autres pirates, que les hommes de Flint sont là, sur le bateau. La conversation continue sur la troisième planche, et alors qu'un marin cherche une pomme pour Silver sans regarder dans le tonneau, un marin, en sentinelle sur un mat, crie (dernière case de cette troisième planche): "Terre! Terre à Babord!".
Fin de l'histoire du voyage en mer. L'encre est déjà jeté à la page suivante et on distribue du rhum pour les marins.

Je sais que récemment Xavier Dorisson et Mathieu Lauffray ont inventé une sorte de suite à l'Ile au trésor, on va dire la fin de vie de Long John Silver. Je ne l'ai pas lu, je ne sais donc pas si c'est bien (Dorisson fait en général des scénarios très bien ficelé) et je ne sais pas s'il y a beaucoup de passages en mer (la série fait quelques tomes). Mais ce serait intéressant de voir ce qu'ils ont fait.

Si je ne raconte pas de bêtise Lauffray était interviewé dans le même numéro de casemate (ou un amour de BD) ou le Sanglier racontait que c'était fatiguant de faire ces cordages et ces bateaux d'époque. Quand je dis même numéro, ce ne sont pas deux interviews séparées mais une interview croisée.

13

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

J'ai un album de l'épatant Riff Reb's, À Bord de l'Étoile Matutine, une aventure de pirates et de flibustiers qui raconte le quotidien pas toujours drôle  des marins. Ça correspond davantage à ce que tu cherches et en plus les dessins sont magnifiques.

https://m.bedetheque.com/BD-A-bord-de-l … 87901.html

14

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

fabiango a écrit:

Je viens de regardé par curiosité dans ma bibliothèque l'adaptation de l'Ile au trésor par Pratt. La BD fait 58 planches. Le voyage en mer pour aller découvrir l'ile, c'est 3 planches. Sur la première de ces planches, une belle grande case avec 4 marins en train de remonter ou descendre une voile et un texte "Nous naviguâmes durant des semaines à la rencontre de l'île, la vie en mer me fascinait, tout me plaisait" (le narrateur c'est Jim Hawkins), plus quelques "petites" cases, et Jim qui découvre le tonneau plein de pommes. Sur la deuxième de ces planches, dès la deuxième case, le tonneau de pommes est presque vide. En voulant choisir une bonne pomme au fond du tonneau, et après un coup de mer, Jim tombe dedans (troisième case) et entend la conversation des pirates, quand Long John Silver explique à quelques autres pirates, que les hommes de Flint sont là, sur le bateau. La conversation continue sur la troisième planche, et alors qu'un marin cherche une pomme pour Silver sans regarder dans le tonneau, un marin, en sentinelle sur un mat, crie (dernière case de cette troisième planche): "Terre! Terre à Babord!".
Fin de l'histoire du voyage en mer. L'encre est déjà jeté à la page suivante et on distribue du rhum pour les marins.

Je sais que récemment Xavier Dorisson et Mathieu Lauffray ont inventé une sorte de suite à l'Ile au trésor, on va dire la fin de vie de Long John Silver. Je ne l'ai pas lu, je ne sais donc pas si c'est bien (Dorisson fait en général des scénarios très bien ficelé) et je ne sais pas s'il y a beaucoup de passages en mer (la série fait quelques tomes). Mais ce serait intéressant de voir ce qu'ils ont fait.

Ah mais je n'ai pas dit que ce n'était pas possible. Si on se limite à l'action, ça ne pose pas (trop) de problème - il y a bien le concept de course-poursuite et d'interception en mer qui résiste mal à la confrontation avec la réalité - et faut juste pas être trop pointilleux sur la vraisemblance. Mais n'est-ce finalement pas renoncer à un élément central de la vie de pirate de ne pas montrer plus en détail la réalité à bord, la longueur et l'extrême difficulté des déplacements en mer ? Cela dit, je dois être honnête : la question ne m'avait pas effleuré pendant l'écriture du Diable. Ce n'est que deux ou trois ans après que je me suis dit que j'aurais peut-être dû produire un récit réaliste sur la piraterie plutôt qu'écrire un scénario qui mélange l'aventure et le fantastique. Mais bon, c'est trop tard, on ne refait pas l'histoire...

fabiango a écrit:

Si je ne raconte pas de bêtise Lauffray était interviewé dans le même numéro de casemate (ou un amour de BD) ou le Sanglier racontait que c'était fatiguant de faire ces cordages et ces bateaux d'époque. Quand je dis même numéro, ce ne sont pas deux interviews séparées mais une interview croisée.

Il suffisait de demander : http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Fi … uffray.pdf Et c'était dans le dBD. wink

15

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Rice N a écrit:

J'ai un album de l'épatant Riff Reb's, À Bord de l'Étoile Matutine, une aventure de pirates et de flibustiers qui raconte le quotidien pas toujours drôle  des marins. Ça correspond davantage à ce que tu cherches et en plus les dessins sont magnifiques.

https://m.bedetheque.com/BD-A-bord-de-l … 87901.html

Ah oui, bien vu, Rice ! Je n'ai pas lu mais comme il fait du très bon boulot, je ne doute pas que ça vaille la peine. D'autant qu'il s'y connait sur le sujet (contrairement à moi).

16

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Je ne sais pas si on le trouve encore. Si tu tombes dessus, n'hésite pas. C'est une adaptation d'un roman

17

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

Yves H a écrit:

mais je n'ai pas dit que ce n'était pas possible. Si on se limite à l'action, ça ne pose pas (trop) de problème - il y a bien le concept de course-poursuite et d'interception en mer qui résiste mal à la confrontation avec la réalité - et faut juste pas être trop pointilleux sur la vraisemblance. Mais n'est-ce finalement pas renoncer à un élément central de la vie de pirate de ne pas montrer plus en détail la réalité à bord, la longueur et l'extrême difficulté des déplacements en mer

Je me suis mal exprimé. Je suis tout à fait d'accord sur le fait que justement on renonce à un élément central de la vie du pirate (voyage long et éprouvant), et c'est mon point. Cet élément central a été super raccourci/n'existe pas dans l'ile au trésor. Tombant sur l'ile au trésor de Pratt dans ma bibliothèque, mon message avait juste pour but de confirmer que cet élément central a été zappé (juste trois planches).

Yves a écrit:

Il suffisait de demander : http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Fi … uffray.pdf Et c'était dans le dBD.

Merci!

18

Re: Le diable des sept mers (intégrale)

fabiango a écrit:
Yves H a écrit:

mais je n'ai pas dit que ce n'était pas possible. Si on se limite à l'action, ça ne pose pas (trop) de problème - il y a bien le concept de course-poursuite et d'interception en mer qui résiste mal à la confrontation avec la réalité - et faut juste pas être trop pointilleux sur la vraisemblance. Mais n'est-ce finalement pas renoncer à un élément central de la vie de pirate de ne pas montrer plus en détail la réalité à bord, la longueur et l'extrême difficulté des déplacements en mer

Je me suis mal exprimé. Je suis tout à fait d'accord sur le fait que justement on renonce à un élément central de la vie du pirate (voyage long et éprouvant), et c'est mon point. Cet élément central a été super raccourci/n'existe pas dans l'ile au trésor. Tombant sur l'ile au trésor de Pratt dans ma bibliothèque, mon message avait juste pour but de confirmer que cet élément central a été zappé (juste trois planches).

Nous sommes d'accord.

fabiango a écrit:
Yves a écrit:

Il suffisait de demander : http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Fi … uffray.pdf Et c'était dans le dBD.

Merci!

De rien. smile