26

Re: Sans pardon

ayé je l'ai lu hier soir ,j'ai vraiment aimé l'ambiance (dur et sans pitié ) j'aime bien l'idée que carter sois un tireur d'élite j'adore la balle qui fuse sans bruit; génial ! un seul regret ; l'album se lis trop vite wink bon ben je crois que je vais le relire

27

Re: Sans pardon

Alain a écrit:
mich07 a écrit:

...
Bref, moi y en à être content!! Et je renouvelle donc ma commande du tirage spécial!!

Ben justement, puisqu'on en parle, Yves, des nouvelles sur le modus operandi ?
Comme j'ai pas acheté l'album, je n'ai surtout pas envie de rater le tirage spécial...

Et, toujours puisqu'on en parle, petit cachotié Yves, qui n'a même pas dit à tout les gars que l'on est, qu'il y a une belle interview du papa et de son fiston, à propos du dit SANS PARDON, dans le dernier CASEMATE - N° 77 Janvier-Février 2015 -, accompagné (J'aime beaucoup l'ecercice) du commentaire de 4 planches par le même papa et son rejeton !
Parcouru en diagonale, vais me régaler ce soir...

Et, mich07, tu peux y aller les yeux fermés, en prime c'est un peu un CASEMATE spécial western !!!

Merci Alain!! J'irai demain en quête dudit Casemate alors!!

28

Re: Sans pardon

Yves H a écrit:
Frenchoïd a écrit:

Sinon, pour ce qui est des bouquins mal fichus et/ou mal finis comme il en sort tellement, je déplore un Jérémiah... hmm

No comment.

Et toujours ce Vlad l'empereur qui traine...

29

Re: Sans pardon

Après la version polonaise citée par Johan, la version allemande, en passant :
PunBB bbcode test

30

Re: Sans pardon

C'est marrant, en allemand, ça fout les boules!!

31 (modifié par nim70 19-01-2015 11:16:06)

Re: Sans pardon

Sur le site la ligne claire, on peut lire un article sur l'album:

http://www.ligneclaire.info/hermann-yves-h-22655.html
[SPOILER ->]   L'auteur de l'article écrit : Jeb le fiston, un brin demeuré, devient le souffre-douleur et la victime d'un taré, Grant, à qui il va "rapidement " ouvrir la gorge.   J'aurais plutôt tendance à dire que Jeb a passé plusieurs années, enfermé dans la cabane. J'aime beaucoup, planche 21, le saut temporel , entre la case 3 et 4, le passage de l'enfant au jeune adulte. 
[<- SPOILER]

Re: Sans pardon

D'après BDZoom l'album a été tiré à... 16.000 exemplaires ? yikes C'est moi ou c'est peu ? Ça me semble incroyable, un chiffre pareil -- et le signe que les temps ont changé...?

33

Re: Sans pardon

Frenchoïd a écrit:

D'après BDZoom l'album a été tiré à... 16.000 exemplaires ? yikes C'est moi ou c'est peu ? Ça me semble incroyable, un chiffre pareil -- et le signe que les temps ont changé...?

J'ignore le chiffre du tirage et ne me prononcerai donc pas sur la véracité des propos de l'auteur de l'article. Une chose est sûre, comme tu le dis, les temps ont changé et les maisons d'édition font preuve de prudence. Elles préfèrent tabler sur un premier tirage modeste et réimprimer plutôt que de devoir envoyer les invendus au pilon. Je peux comprendre cette politique. Cela ne signifie donc pas qu'on ne dépassera pas allègrement les 16.000 exemplaires vendus mais que la prudence (extrême) est de mise avant même que le premier exemplaire soit imprimé.

J'ai déjà fait état de la frilosité des éditeurs par le passé. Chaque année qui passe ne fait que confirmer cette nouvelle tendance. Le Lombard ne s'en cache pas, et ceci vaut aussi pour les autres maisons d'édition : la survie passe par la valorisation du catalogue et non la publication de nouveautés. Par exemple, 2015 sera l'année Ric Hochet au Lombard. Prise de risque zéro. A cela s'ajoute des rééditions, de nombreuses intégrales et bien sûr - parce qu'il faut quand même des nouveautés - des séries à succès ou des projets d'auteurs confirmés (c'est-à-dire "bankable"). Les jeunes auteurs, qui représentent un risque commercial, verront chaque année leurs chances diminuer : ils devront se tourner vers de très petits éditeurs ou des éditions en crowdfunding comme Sandawe.

34

Re: Sans pardon

Yves H a écrit:

(...) Le Lombard ne s'en cache pas, et ceci vaut aussi pour les autres maisons d'édition : la survie passe par la valorisation du catalogue et non la publication de nouveautés. Par exemple, 2015 sera l'année Ric Hochet au Lombard. Prise de risque zéro. A cela s'ajoute des rééditions, de nombreuses intégrales et bien sûr - parce qu'il faut quand même des nouveautés - des séries à succès ou des projets d'auteurs confirmés (c'est-à-dire "bankable"). Les jeunes auteurs, qui représentent un risque commercial, verront chaque année leurs chances diminuer : ils devront se tourner vers de très petits éditeurs ou des éditions en crowdfunding comme Sandawe.

C'est difficile à avaler, mais pourtant : je regarde autour de moi, les gamins que je connais (famille, amis) ne lisent pas tellement de bd.
C'est jeux vidéo à tous les étages.
Et encore, quand ils en lisent, c'est davantage des comics et/ou des mangas.
Le public de la bd Franco-Belge est davantage composé d'adultes on dirait.
C'es inquiétant pour l'avenir à long terme si rien ne bouge.

35

Re: Sans pardon

Rice N a écrit:
Yves H a écrit:

(...) Le Lombard ne s'en cache pas, et ceci vaut aussi pour les autres maisons d'édition : la survie passe par la valorisation du catalogue et non la publication de nouveautés. Par exemple, 2015 sera l'année Ric Hochet au Lombard. Prise de risque zéro. A cela s'ajoute des rééditions, de nombreuses intégrales et bien sûr - parce qu'il faut quand même des nouveautés - des séries à succès ou des projets d'auteurs confirmés (c'est-à-dire "bankable"). Les jeunes auteurs, qui représentent un risque commercial, verront chaque année leurs chances diminuer : ils devront se tourner vers des très petits éditeurs ou des éditions en crowdfunding comme Sandawe.

C'est difficile à avaler, mais pourtant : je regarde autour de moi, les gamins que je connais (famille, amis) ne lisent pas tellement de bd.
C'est jeux vidéo à tous les étages.
Et encore, quand ils en lisent, c'est davantage des comics et/ou des mangas.
Le public de la bd Franco-Belge est davantage composé d'adultes on dirait.
C'es inquiétant pour l'avenir à long terme si rien ne bouge.

Si rien ne bouge, je veux bien, mais que veux-tu faire contre un tel rouleau-compresseur ? Si la BD se recycle afin de combattre les jeux vidéos sur leur terrain (je ne sais pas trop comment mais soit), elle risque d'y perdre son âme et ses lecteurs en gagnant peut-être de nouveaux aficionados. Mais ce ne sera plus vraiment de la BD. C'est un peu la quadrature du cercle : comment fidéliser de nouveaux lecteurs que la BD n'intéresse pas du tout en faisant en sorte que ce la reste de la BD ?

Il y a peut-être une piste de réflexion : rendre la BD plus adulte et tenter de récupérer les jeunes qui se lassent des jeux vidéos avec l'âge en leur proposant une alternative aux séries télé. Cela relève donc plus d'une révision de la politique de placement de produit (être présent dans les rayons jeux vidéos, les conventions, et proposer des jeux vidéos basés sur les BD) qu'une véritable refonte du medium en lui-même.

Re: Sans pardon

Et puis le numérique n'est manifestement pas la voie royale, en tout cas pas pour les auteurs puisque les éditeurs ont d'emblée faussé la donne en refusant de revoir l'économie de ce médium-là, qui est très différente de celle de l'édition papier, en tenant d'y calquer les mêmes réflexes -- les mêmes taux de rémunération surtout.
Il paraît qu'une sorte de contrat-type (?) a été adopté dernièrement, mais je crois avoir compris que le numérique en a été "provisoirement" exclu...
Par ailleurs j'ignore si cet accord s'applique à la Belgique ?

37

Re: Sans pardon

Il faut surtout dire que le numérique en BD ne prend pas. Comme les choses ne bougent pas, les auteurs ne gueulent pas auprès des maisons d'édition afin de revoir les clauses de leurs contrats. En tout cas, je n'en ai pas l'impression autour de moi (mais je suis sans doute pas le mieux placé pour en parler). Le jour où le numérique démarrera - ce dont je doute - on entendra davantage gueuler les auteurs.

Re: Sans pardon

Ça me paraît bien vu à tous points de vue...

39

Re: Sans pardon

Sur le site BDCAF Mag, on peut lire le magazine de janvier-février 2015:
numéro 59
A partir de la page 12, nous avons droit à un entretien avec Yves himself.

Sinon, j'ai une question en passant: [SPOILER ->]  Le marshall que l'on rencontre planche 33 ne serait-il pas le véritable Red Dust à la fin de sa carrière? 
[<- SPOILER]

Re: Sans pardon

merci pour le lien nim smile

Living Well Is The Best Revenge

Re: Sans pardon

nim70 a écrit:

Sur le site BDCAF Mag, on peut lire le magazine de janvier-février 2015:
numéro 59
A partir de la page 12, nous avons droit à un entretien avec Yves himself.

Sinon, j'ai une question en passant: [SPOILER ->]  Le marshall que l'on rencontre planche 33 ne serait-il pas le véritable Red Dust à la fin de sa carrière? 
[<- SPOILER]

Bien vu! [SPOILER ->] On sait comment il termine sa vie maintenant[<- SPOILER]  smile

Living Well Is The Best Revenge

Re: Sans pardon

Denis, va falloir que tu bosses un peu le principe du spoiler et du texte en blanc : le texte que tu veux cacher doit être encadré des mentions [ color=#ffffff ]  et  [ /color ] (sans espace à l'intérieur des [].

...Ou alors tu l'as fait exprès ?! big_smile

Re: Sans pardon

Oups! Désolé, c'est ma première fois..; tongue
Mais finalement, personne ne sait de qui on parle... wink

Living Well Is The Best Revenge

44

Re: Sans pardon

Un mini-reportage à domicile, et donc au travail ( Hermann termine le prochain Jeremiah ).
Présenté sur le site AZ-ZA, la culture de A à Z, pour parler de Sans-Pardon:
http://www.az-za.be/fr/sans-pardon-aux- … u-lombard/

Merci à Yves pour le lien. wink

45 (modifié par Alain 31-01-2015 17:33:39)

Re: Sans pardon

Ah, ben j'ai bien aimé cet interview là.  wink

Au fait, j'ai vu la piscine, mais j'ai pas vu la vache !!!!  big_smile  big_smile

Ceci dit je n'avais pas encore donné mon avis sur l'album : Je suis en train de le re-lire (3ème, si je compte l'immanquable !)
Dès comme ça, j'en redemande, sans hésiter !!

46 (modifié par Denis Hans 01-02-2015 20:44:27)

Re: Sans pardon

Bien vu pour la piscine...Ah la vache!!!  lol lol lol

Living Well Is The Best Revenge

Re: Sans pardon

Je me demandais, Yves (et je ne sais pas si tu seras désireux de répondre, mais je tente quand même), ce genre d'interview, et ce qui est prévu sur France 2 (je crois ?), ça vient d'où ? Sont-ce ces médias qui s'adressent directement à Hermann, ou bien est-ce que ça transite par l'éditeur, et dans ce second cas est-ce que ledit éditeur fait comprendre aux auteurs que le SAV fait partie du contrat et qu'ils doivent se plier aux sollicitations, que ça les enchante ou pas ? On sait que dans d'autres domaines les artistes peuvent être contractuellement tenus d'assurer une promotion. Et dans le cas d'une visite avec tournage à domicile, comment se fait-il qu'un Hermann accepte ? J'avoue que ça me surprend, mais la réponse est peut-être toute simple, genre il s'en fout, c'est eux qui choisissent. Parce que tout de même je n'imagine pas qu'au stade où il est rendu (non j'ai pas parlé de « son âge ») ce genre de choses ait encore de quoi le flatter (pour autant que ç'ait pu être le cas autrefois). Donc selon toi pourquoi accepte-t-il ? Esétépé ?

48

Re: Sans pardon

Pour tenter de répondre à ta question, les interviews viennent essentiellement :
- des attachés de presse, surtout. Ce sont eux (souvent elles) qui contactent les médias lors d'une sortie d'album en se chargeant de leur faire parvenir un exemplaire.
- des médias qui prennent parfois les devants et contactent eux-mêmes le ou les auteurs hors actualité, mais c'est plus rare.

Les auteurs ne sont pas contractuellement tenus à accepter de répondre aux questions des journalistes mais un refus passerait mal. Déjà parce que l'auteur a tout intérêt à ce qu'on parle de son album mais aussi parce que sa maison d'édition a fait des efforts via son attaché de presse pour alerter les médias. Nier cela, ce serait manquer du plus élémentaire respect pour le travail accompli par cette personne (avec laquelle l'auteur a par ailleurs des liens privilégiés) et plus largement pour sa maison d'édition. Par la suite, l'auteur aurait intérêt à ne pas la ramener en cas de mauvaises ventes. Sa maison d'édition l'enverrait fissa se faire voir chez les Grecs, et avec raison.

Dans le cas du sanglier, il préfère accepter un tournage à domicile car cela ne l'oblige pas à se déplacer. Une fois le tournage terminé, il peut retourner tranquillou à sa planche.

49 (modifié par Frenchoïd 03-02-2015 10:08:56)

Re: Sans pardon

C'est ce que je m'attendais à lire. Merci d'avoir pris cette peine, Yves.

50

Re: Sans pardon

Quelqu'un a des nouvelles qui m'auraient échappé au sujet du Sans Pardon versaillais ?

(passe ke j'aimerais bien l'avoir et puis le lire, moi, ce bouquin... smile)