76

Re: 30. Fifty-fifty

Frenchoïd a écrit:
Yves H a écrit:

(Bon, pas de commentaires désobligeants, SVP)

J'avoue, je suis pas fan des humoristes contemporains (pour ce que j'en connais du moins), mais j'aime bien Seymoun quand il fait le Répurgateur dans le génial Kaamelott (« Au bûûûcher ! ») !

Je ne suis pas fan du tout de Semoun, précisons-le tout de suite. il surjoue beaucoup trop à mon goût. Reste que certaines de ses petites annonces m'ont fait rire, dont celle dont j'ai utilisé la capture d'écran (trouvée sur le Web, précision bis) postée plus haut et que je trouve pas mal faite du tout (la petite annonce, pas la capture d'écran).

En revanche, d'accord pour dire que Kaamelott est une excellente série (je préférais d'ailleurs le format court des deux (?) premières saisons).

Mais, caramba, on nage à nouveau en plein  HS !

77

Re: 30. Fifty-fifty

Frenchoïd a écrit:
Yves H a écrit:

Tout simplement parce qu'il a changé. Je pense qu'il faut l'accepter.

Ynes tu viens de me plomber mon dimanche en me rappelant à certaines réalités...
:pasmerciyvespasmerciyvespasmerciyves:

hmm

Désolé, là n'était pas mon intention. Moi aussi, j'aimerais qu'il retrouve l'ambiance des... 17 premiers Jeremiah. Jusqu'à Trois motos... ou quatre, c'était épatant. Depuis, je me demande un peu quel est encore l'intérêt de faire évoluer Jeremiah et Kurdy dans ce monde en (re)construction alors que ce dernier n'est plus du tout exploité (ou alors juste comme alibi). A la limite, les aventures suivantes pourraient se passer de nos jours que ça ne changerait pas grand-chose au chmilblik. C'est un peu comme s'il avait abandonné le cœur de sa série aux mouettes (inspiré que je suis par le bandeau du forum) : l'alibi premier a presque entièrement disparu, ne restent que les personnages et les rencontres qu'ils font.

78

Re: 30. Fifty-fifty

Bâh, c'est sans doute parce que ce monde a bien du finir par se reconstruire, depuis le temps !, Jéremiah et kurdy  sont juste passé à côté, ça c'est fait sans eux !, Ils étaient bien trop occupés...;)

Re: 30. Fifty-fifty

Yves H a écrit:

Mais, caramba, on nage à nouveau en plein  HS !

Rémédions-y au plus vite en ouvrant un topic Kaamelott dans Divers (que n'a-t-il été ouvert plus tôt, d'ailleurs !) ?

80 (modifié par Rice N 11-03-2011 11:41:55)

Re: 30. Fifty-fifty

Yves H a écrit:

Reprise d'un autre fil :

Rice N a écrit:

Non, ce qui m 'a frappé avec ce film, c 'est vraiment l 'ambiance à la Jeremiah, les premiers albums, avec cet univers âpre et violent, ce côté western futuriste (Mad Max, mais en moins outrée)

Enfin bon, c 'est cet univers que j 'aimerai tant retrouvé avec Jer', et auquel ce film m 'a fait songer.

Je me permets de rebondir sur ton propos car ta remarque m'a fait penser à un aveu que l'illustre moustachu m'avait fait il y a peu à propos de son travail. Suite à une discussion durant laquelle je lui avais parlé des griefs émis par quelque(s) internaute(s) sur le site, parmi lesquels la disparition du climat épique des débuts de la série dans des décors de fin du monde, il m'avait répondu que, en effet, ce qui le passionnait aujourd'hui - exclusivement - était l'étude des caractères, des relations humaines, de la friction des personnalités opposées, etc. Et qu'il avait bien conscience que cela se faisait au détriment de la dimension épique de ses histoires, et accessoirement de la description d'un monde en reconstruction (laquelle est devenue totalement anecdotique).

Même si cela ne se ressent pas réellement, il a tenté de retrouver l'étincelle des débuts de Jeremiah dans Fifty-fifty. Mais l'eau a coulé sous les ponts et celui qu'il est aujourd'hui est très différent de celui qu'il était il y a trente ans. Il ne court plus pour les mêmes choses. Malgré toute la bonne volonté du monde, il ne pourra plus faire des Jeremiah comme à l'époque de La nuit des rapaces ou même de Delta. Tout simplement parce qu'il a changé. Je pense qu'il faut l'accepter.

Cela me rend encore plus tritounet d'être passé à côté de Fifty -Fifty, dont j 'ai quand même apprécié l 'humour, c 'est déjà ça.
Ceci étant, il y a des très bons Jer' sans pour autant qu'ils bénéficient de cette fameuse dimension épique.
Le petit Chat est Mort m 'avait enthousiasmé, souviens toi, ou encore Esra Va Très Bien.
D'autres sont moins bons, comme un Port dans l 'ombre, ou Si Un Jour la Terre ... Mais globalement, j 'aime cette série.
Je crois que la véritable raison de ma relative déception avec Fifty Fifty, vient d 'une attente un peu démesurée, je m 'étais imaginé  une tout autre histoire ...
Qui sait, peut être, à l 'instar de qui est Renard Bleu le redécouvrirais-je plus tard ?

81

Re: 30. Fifty-fifty

J'ai apprécié le dernier Jeremiah, je ne vais pas dire que c'était le meilleur de la série, l'histoire était plutôt centré sur les rapports entre les personnages et c'est ce qui fait l'un des charmes de la série, je prends tjs bcp de plaisir à retrouver Kurdy et Jeremiah.
Un petit bémol quand même, l'absence de couleur direct sad , j'espère que Hermann y reviendra rapidement.

82

Re: 30. Fifty-fifty

Bonjour, Qui a fait la mise en couleur de cet album ?

83

Re: 30. Fifty-fifty

Hermann lui-même.

84

Re: 30. Fifty-fifty

Quelqu’un a-t-il réussi à situer exactement l’action de l’album ? On pense tout de suite à New-York, mais la grande vignette de la page 10 ne représente pas tout à fait le Chrysler Building, et à la page 25 de « Simon est de retour » la ville est décrite comme florissante…

http://img826.imageshack.us/img826/2164/sanstitre2wt.jpg

http://img217.imageshack.us/img217/4162/sanstitre1guo.jpg

85

Re: 30. Fifty-fifty

Il ne faut pas chercher à situer l'action. Mon père a dès le début de la série évité tout repère géographique. Par souci de confort essentiellement - je parle de son confort, bien entendu. Pas de doc, pas de contrainte spatiotemporelle, rien. Juste un décor : des Etats-Unis très vaguement définis, cela va sans dire, et détruits par une guerre nucléaire. Au diable donc les cohérences historique et géographique et vive le terrain de jeu libre de toute contrainte dans lequel il va s'amuser à faire évoluer ses personnages.

Bien sûr, on peut déplorer qu'il n'ait pas poussé le jeu jusqu'à reconstituer une Amérique post-apocalyptique vraisemblable, à soigner les détails, conserver des repères architecturaux, jongler avec certaines références au monde actuel. Moi-même, j'aurais également aimé qu'il en soit ainsi. Mais son impatience maladive, son désir de passer immédiatement à l'action (i.e. au dessin) ont tué dans l'œuf toute velléité d'aller dans ce sens.

Donc, pour répondre à la question : la ville dans laquelle évoluent Jeremiah et Kurdy est volontairement impossible à identifier. Tout simplement parce que Hermann l'a créée de toute pièce. Toujours au taquet, le sanglier ! wink

86

Re: 30. Fifty-fifty

Gisteren op de stripbeurs in Maasmechelen nog een hele mooie dedicace gekregen van "onze Hermann", een mooie "Akeuh".