51

Re: 18. Menace sur le fleuve

Dans l'élan, j'ai joué au cyber-enquêteur : les ventes de Menace sur le fleuve ont l'air de vraiment bien décoller.
Le hic, c'est que je n'ai aucune référence en la matière. Du coup, plein de questions me viennent : quand Hermann sort un nouveau Jeremiah, il se retrouve toujours ainsi, bien "classé" ? Un album de bédé, est-ce comme un film, sait-on dès les premiers jours si ce sera un succès ou un échec ? Comment l'éditeur vous informe-t-il ? Manifestement, ton père et toi assurez la promotion de l'album via les medias, les séances de dédicace... Et l'éditeur ? Je n'ai pas vu grande communication de leur part autour de cette sortie...

52

Re: 18. Menace sur le fleuve

Rice N a écrit:

A t'il assuré le découpage en suivant un descriptif serré de chaque scène ?
Ou bien tu as procédé au découpage en écrivant de simples dialogues indicatifs qu'il réécrivait par la suite ?

Nous avons procédé comme d'habitude : je lui ai remis le découpage et le scénario avec les dialogues. Ce n'est que lorsqu'il le "sentait" qu'il modifiait le texte pour le concocter à sa manière. En fait, il lui arrive assez souvent de procéder de la sorte ; à la différence que, sur cet album, il s'est permis de le faire plus fréquemment.

Rice N a écrit:

Écrivait-il ces fameux dialogues au fur et à mesure de la planche ou bien les travaillait-il avec toi lorsque tu lui amenant tes scènes découpées ?

Je les découvrais réécrits lorsque je scannais les planches. Je m'étais fixé comme ligne de conduite de ne rien lui interdire de modifier (je parle toujours des dialogues) car il s'agissait de sa série plus que de la mienne. Il devait s'y sentir chez lui et le moyen d'y parvenir, outre le graphisme, était de lui laisser carte blanche dans les dialogues.

Rice N a écrit:

Comptes-tu procédé de même pour un éventuel futur "Bernard Prince" , ou même un - encore - hypothétique  "Comanche" ou bien te sentiras-tu plus à l'aise après cette première prise en main ?

Il n'y a pas de raison de ne pas reproduire une expérience qui a donné de bons résultats. Même si Comanche fonctionne moins sur ce genre de dialogues "à la Audiard". Enfin, juste un peu.

53

Re: 18. Menace sur le fleuve

xav kord a écrit:

Dans l'élan, j'ai joué au cyber-enquêteur : les ventes de Menace sur le fleuve ont l'air de vraiment bien décoller.
Le hic, c'est que je n'ai aucune référence en la matière. Du coup, plein de questions me viennent : quand Hermann sort un nouveau Jeremiah, il se retrouve toujours ainsi, bien "classé" ? Un album de bédé, est-ce comme un film, sait-on dès les premiers jours si ce sera un succès ou un échec ? Comment l'éditeur vous informe-t-il ? Manifestement, ton père et toi assurez la promotion de l'album via les medias, les séances de dédicace... Et l'éditeur ? Je n'ai pas vu grande communication de leur part autour de cette sortie...

Comme nous n'avons pas l'habitude de surveiller de près les classements des ventes d'albums, je suis dans l'incapacité de répondre à ta question.

Pour affirmer qu'il s'agit ou non d'un succès, il faut attendre les relevés qui ont lieu six mois après la sortie en librairie. Ceux-ci sont transmis par la maison d'édition.

Et je m'inscris en faux contre ton assertion concernant le Lombard : ils ont au contraire été très actifs. D'ailleurs, les nombreux articles parus dans la presse, les interviews radio et les apparitions télé sont là pour témoigner du dynamisme de l'équipe du Lombard. Malheureusement - et c'est souvent une constante quand les auteurs sont belges - cela ne bouge pas, ou très peu, côté français. Et ça, c'est vraiment dommage.

54

Re: 18. Menace sur le fleuve

Yves H a écrit:

Malheureusement - et c'est souvent une constante quand les auteurs sont belges - cela ne bouge pas, ou très peu, côté français.

Mouais, très dommage comme tu le dis ... Peur, protection ou chauvinisme ?? Où les trois ? mad
Celà a toujours été comme celà ?

55

Re: 18. Menace sur le fleuve

Filôzof a écrit:
Yves H a écrit:

Malheureusement - et c'est souvent une constante quand les auteurs sont belges - cela ne bouge pas, ou très peu, côté français.

Mouais, très dommage comme tu le dis ... Peur, protection ou chauvinisme ?? Où les trois ? :mad:
Celà a toujours été comme celà ?

Je n'en sais rien. Cela vient peut-être du fait que nous sommes essentiellement en contact avec l'équipe bruxelloise du Lombard et que l'attachée de presse de celle-ci a, par la force des choses, un carnet d'adresses plus belge que français. Ce qui est assez étrange, c'est que lors de la sortie de Liens de sang (eeeeh oui, ça ne nous rajeunit pas), le Lombard nous avait organisé une journée presse à Paris et quasi rien à Bruxelles. Et pourtant, c'est bien la même boîte, le Lombard - mais peut-être avions-nous été pris en charge commercialement parlant par l'équipe parisienne ? Ce fut également le cas lors de la sortie du Diable#1 : tout s'est passé à Paris et rien, ou presque, à Bruxelles. Il est vrai que le directeur de la collection Aire libre était José-Louis Bocquet, Parisien de son état. Ceci expliquant sans doute cela.

En fait, je ne crois pas qu'il y ait le moindre coup bas orchestré depuis Paris - ou inversement depuis Bruxelles - mais bien que ce soit l'une des deux équipes qui prenne en charge toute la filière de production d'un album jusqu'à sa commercialisation et que celle-ci, en fonction de son ancrage géographique, organise la promotion dudit album "chez elle". Ce qui est plus inquiétant, c'est l'absence de synergie (pour parler moderne) entre les équipes bruxelloise et parisienne. J'avais constaté cela chez Casterman et voilà que les mêmes errements semblent apparaitre au Lombard. En espérant que cette impression soit rapidement démentie dans les faits.

56

Re: 18. Menace sur le fleuve

Merci pour toutes ces réponses wink

57

Re: 18. Menace sur le fleuve

Tiens, dans tout çà, l'unique personnage féminin restera anonyme.
Il est vrai que techniquement, il était difficile de placer son prénom:
1. "Bonjour Djinn, je m'appelle Lolita Bronzen, vous nous emmenez à Guacapo?" Djinn se serait méfié.
2. Pedro aurait pu dire, planche 13, case 9: "Tout de suite, avec plaisir, Lolita!...", mais en tant qu'employé, il serait plutôt obligé de dire:" Tout de suite,miss Bronzen!" et fin du suspens.
3. Bronzen emploie "ma chérie" et "petite peste", termes qui permettent d'imaginer le regard du père sur sa fille; " ma petite Lolita chérie", aurait pu être mal interprété.
4. A la fin, eh bien, Bronzen ne peut pas, techniquement, placer le prénom de sa fille.
Et ainsi, faut-il voir dans la fille de Bronzen, une allégorie à la difficulté de se faire un prénom lorsqu'on est l'enfant d'une personne connue?
Allo, docteur Freud?

On pourrait aussi établir un parallèle avec l'album 16, La dynamitera, où l'on ignore le prénom de la fille de Barney. Son père l'appelle "bébé", sa mère l'appelle la "nina"; mais Greg ne la baptisera que de ce surnom de révolutionnaire: La dynamitera.

Tout çà pour dire que j'aime bien cette Lolita qui traverse cette histoire d'hommes...

58

Re: 18. Menace sur le fleuve

nim70 a écrit:

Tiens, dans tout çà, l'unique personnage féminin restera anonyme.
Il est vrai que techniquement, il était difficile de placer son prénom:
1. "Bonjour Djinn, je m'appelle Lolita Bronzen, vous nous emmenez à Guacapo?" Djinn se serait méfié.
2. Pedro aurait pu dire, planche 13, case 9: "Tout de suite, avec plaisir, Lolita!...", mais en tant qu'employé, il serait plutôt obligé de dire:" Tout de suite,miss Bronzen!" et fin du suspens.
3. Bronzen emploie "ma chérie" et "petite peste", termes qui permettent d'imaginer le regard du père sur sa fille; " ma petite Lolita chérie", aurait pu être mal interprété.
4. A la fin, eh bien, Bronzen ne peut pas, techniquement, placer le prénom de sa fille.
Et ainsi, faut-il voir dans la fille de Bronzen, une allégorie à la difficulté de se faire un prénom lorsqu'on est l'enfant d'une personne connue?
Allo, docteur Freud?

Je dois vraiment répondre à cette question ? tongue

Sérieusement, concernant le personnage de la fille de Bronzen et son identité, je ne me suis posé aucune question tant son intrusion dans le récit (et à bord du Cormoran) m'est apparue évidente. Je n'ai donc pas eu à contourner le problème de la révélation de son identité. Voilà, voilà. smile

nim70 a écrit:

On pourrait aussi établir un parallèle avec l'album 16, La dynamitera, où l'on ignore le prénom de la fille de Barney. Son père l'appelle "bébé", sa mère l'appelle la "nina"; mais Greg ne la baptisera que de ce surnom de révolutionnaire: La dynamitera.

Ah bon, je ne m'en étais pas aperçu mais je te crois sur parole.

nim70 a écrit:

Tout çà pour dire que j'aime bien cette Lolita qui traverse cette histoire d'hommes...

Oui, j'aurais aimé développer ce personnage. Mais j'ai dû faire des choix et les 52 pages requises (n'est-ce pas, mon cher Frenchoïd) ne me le permettaient pas.

59

Re: 18. Menace sur le fleuve

Hermann à la télé.

Plus précisément, sur Arte Belgique, dans l'émission 50° Nord ce jeudi soir* (19:55 à 20:40). Pour info, nous (eh oui, je m'y colle aussi) passons en deuxième partie d'émission. Rediffusion en fin de soirée. Désolé pour tous ceux qui ne peuvent capter Arte Belgique et la RTBF. sad

Heureusement, l'émission sera visualisable sur le Web après diffusion en télé à cette adresse : http://www.arte-belgique.be/50dn/index. … p;Itemid=5

On y parle essentiellement du nouveau Bernard Prince. Qui l'eut cru ?

Re: 18. Menace sur le fleuve

Yes! Je vais programmer çà tout de suite sur mon enregistreur...
Le nouveau Bernard Prince? Qui l'eut cru?  Bizarre... lol lol lol lol wink

Living Well Is The Best Revenge

61

Re: 18. Menace sur le fleuve

Voilà, l'émission est en ligne : http://www.rtbf.be/video/v_cinquante-de … iepratique

Nous passons en deuxième partie d'émission (vers 19:40). Soyez vigilants car c'est très furtif. Si vous éternuez ou relacez vos chaussures au mauvais moment, vous risquez de nous rater.

62 (modifié par chewingum 15-10-2010 09:32:20)

Re: 18. Menace sur le fleuve

Yves H a écrit:

Voilà, l'émission est en ligne : http://www.rtbf.be/video/v_cinquante-de … iepratique

Nous passons en deuxième partie d'émission (vers 19:40). Soyez vigilants car c'est très furtif. Si vous éternuez ou relacez vos chaussures au mauvais moment, vous risquez de nous rater.

Je trouve que Hermann a la démarche de Charles Bronson ... non ?
En tous cas merci pour le lien Yves !!!

Re: 18. Menace sur le fleuve

Ok! Je l'ai vu et enregistré. C'est vrai que c'est court et on ne vous laisse pas le temps de vous exprimer...Aah ces journalistes qui coupent toujours la parole...Grrrr!!

Living Well Is The Best Revenge

64

Re: 18. Menace sur le fleuve

Denis Hans a écrit:

Ok! Je l'ai vu et enregistré. C'est vrai que c'est court et on ne vous laisse pas le temps de vous exprimer...Aah ces journalistes qui coupent toujours la parole...Grrrr!!

Avec Charles Bronson, l'affaire aurait été vite entendue : une balle entre les deux yeux et toute l'émission pour lui. big_smile

65

Re: 18. Menace sur le fleuve

Yves H a écrit:
Denis Hans a écrit:

Ok! Je l'ai vu et enregistré. C'est vrai que c'est court et on ne vous laisse pas le temps de vous exprimer...Aah ces journalistes qui coupent toujours la parole...Grrrr!!

Avec Charles Bronson, l'affaire aurait été vite entendue : une balle entre les deux yeux et toute l'émission pour lui. big_smile

C'est vrai que l'on reste toujours sur notre faim quand il s'agit de nos auteurs adorés ... smile

66

Re: 18. Menace sur le fleuve

chewingum a écrit:

Je trouve que Hermann a la démarche de Charles Bronson ... non ?

Et la même moustache ! tongue

C'est bon => je sors ...

67 (modifié par chewingum 15-10-2010 21:40:10)

Re: 18. Menace sur le fleuve

Rice N a écrit:
chewingum a écrit:

Je trouve que Hermann a la démarche de Charles Bronson ... non ?

Et la même moustache ! tongue

C'est bon => je sors ...

Et Yves avec ses lunettes me rappelle un prof que j'avais à la fac de Jussieu ... mais sans accent smile

68

Re: 18. Menace sur le fleuve

chewingum a écrit:

mais sans accent

Lui ou moi ?

69

Re: 18. Menace sur le fleuve

Enfin ...Le dernier Bernard Prince est arrive ....Ici, au bout du monde (enfin presque)

Apres avoir recu et lu la derniere integrale, Bernard a effectivement change; normal apres 30 ans ...Bernard et Hermann ont change ...

Le recit va vite , tres vite , parfois trop vite ; en fait, comme un film d'action , pas le temps de souffler et peut-etre que c'etait voulu par Yves ... Je crois que le recit aurait gagne en profondeur avec une dizaine de pages en plus ...
Bernard 2010 me sembe plus proche d'un Jeremiah que du Bernard des annees '70 ...
j'ai adore les couleurs et ces ambiances de jungle sous la pluie ...Superbe...

Un bon Bernard Prince, different, mais ne le devenons nous pas tous avec le temps  ?

(desole pour les accents , nouvel ordi avec clavier qwerty pfff...)

70

Re: 18. Menace sur le fleuve

Yves H a écrit:
chewingum a écrit:

mais sans accent

Lui ou moi ?

Filôzof ! ;D

71

Re: 18. Menace sur le fleuve

Filôzof a écrit:

Je crois que le recit aurait gagne en profondeur avec une dizaine de pages en plus ...

big_smile

(Frenchoïd ?)

72

Re: 18. Menace sur le fleuve

Yves H a écrit:
Filôzof a écrit:

Je crois que le recit aurait gagne en profondeur avec une dizaine de pages en plus ...

(Frenchoïd ?)

?

73

Re: 18. Menace sur le fleuve

Filôzof a écrit:
Yves H a écrit:
Filôzof a écrit:

Je crois que le recit aurait gagne en profondeur avec une dizaine de pages en plus ...

(Frenchoïd ?)

?

Frenchoïd trouve que je me plains trop souvent de ne pas bénéficier de davantage de pages pour développer mes récits. Pour une fois que ce n'est pas moi qui pleurniche à ce sujet, je me permets de lui adresser ce petit clin d'œil. wink

Pour répondre à ta remarque, le Lombard n'aurait sans doute pas accepté les dix planches supplémentaires : cela aurait augmenté le coût de production et donc le prix de vente. Impensable pour ce type d'album. De plus, je ne doute pas que le sanglier ardennais aurait accueilli la proposition avec force grognements. re-;)

74

Re: 18. Menace sur le fleuve

Le nombre insuffisant de pages est une remarque récurrente quand on parle de tes scénarios ; en même temps, je me dis que c'est certainement ce qui en fait tout le sel : on a toujours l'impression que tu as entrouvert des portes sur des endroits qu'on aurait aimé voir de plus près et finalement on n'en saura pas plus...
C'est un peu ta marque de fabrique, en as-tu conscience ?

75

Re: 18. Menace sur le fleuve

xav kord a écrit:

Le nombre insuffisant de pages est une remarque récurrente quand on parle de tes scénarios ; en même temps, je me dis que c'est certainement ce qui en fait tout le sel : on a toujours l'impression que tu as entrouvert des portes sur des endroits qu'on aurait aimé voir de plus près et finalement on n'en saura pas plus...
C'est un peu ta marque de fabrique, en as-tu conscience ?

J'ai conscience de la frustration qui est la mienne lorsque je dois me résoudre à ne pas développer telle ou telle scène. Quant à affirmer que la "constriction" forcée de mes scénarios puisse être perçue comme une qualité, euh, là non, je n'en ai pas conscience et j'en doute sérieusement.