Sujet: 11. Delta

http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Image/jeremiah/livres/11.jpg
Infos générales:
> BD no. 11
> Delta
> Collection Repérages
> 44 pages
> Publié en 1985

Editeur:
> Editions Novedi/Dupuis

Scénariste:
> Hermann Huppen

Dessinateur:
> Hermann Huppen

Analyse :

Deux petits vieux accompagnés de leur géant de fils, Tancrède, sont accueillis par un innocent dans une villa. Tancrède, à la demande des parents, bat, mutile et vole l'homme avant de le défenestrer.

Jeremiah souffre d'avoir perdu Lena. Kurdy, à court d'argent, se souvient que Jay, un ami lui en doit. Mais, lorsqu'il lui rend visite ce dernier simule une perte de mémoire due, soi-disant à un accident de deltaplane. Alors, Kurdy et Jérémiah se joignent à une bande hétéroclite d'aventurier dirigée par un certain Sidney. Ils veulent aller chercher du pétrole dans un immense complexe pétrochimique laissé à l'abandon. La famille criminelle fait partie des hommes de Sidney. Arrivés dans ce complexe, ceux-ci se rendent compte qu'ils sont suivis. Le père de Tancrède est jeté du haut d'un réservoir. La mère de Tancrède est étranglée. Tancrède devient fou. L'assassin est repéré, c'est l'homme qui a été défenestré. Tandis que Tancrède l'étrangle, l'homme s'agrippe à une ligne électrique, déclenche leur mort ainsi qu'un incendie. Lors de la fuite, Luke, un membre du groupe revêt le casque de Kurdy, et il est abattu. La disparition soudaine du tireur au bord d'un précipice désigne Jay, l'adepte de deltaplane, comme le coupable probable. Lorsque Jérémiah et Kurdy s'approchent de la maison de Jay et quand celui-ci les voit, la surprise lui fait perd la maîtrise de son delta. Il tombe et perd réellement la mémoire.

Les valeurs familiales

Ils ont l'air innocents ces deux petits vieux accompagnés de leur fils. Ils sont un peu simplets, mais ils paraissent tellement chaleureux et ils inspirent vraiment la confiance. Les deux vieux vouent une adoration partagée pour leur fils titanesque. Pourtant hormis leurs apparences trompeuses, ils sont cruels et sadiques. Ils n'hésitent pas à torturer leurs victimes avant de les détrousser et de les tuer.

Il y un paradoxe entre leurs discours bien pensants, une soi-disant bonne éducation à donner à leur fils et la façon simpliste mais abjecte qu'ils ont de justifier leurs pires actes, ainsi que leur totale absence de scrupules. Ils appliquent la bonne morale de manière très élastique.
Par exemple lorsqu'ils volent la bague du petit vieux, la mère se justifie en disant que celui-ci la certainement déjà lui aussi volée. Elle sous-entend ainsi qu'ils peuvent la lui prendre sans que ce soit vraiment du vol.


La déprime amoureuse

Jeremiah est moralement abattu. Il n'arrive pas à se relever d'avoir décidé de quitter Lena, il ne pensait certainement pas que cela allait lui faire autant de mal. Cette décision à été dur à prendre. Il doit en assumer les conséquences. Kurdy sait qu'il est le responsable de cet échec amoureux, mais sans finesse, ni tact, il lui fait comprendre que ce qui est fait est fait et que cela ne sert à rien d'épiloguer. Jeremiah est un peu perdu et il broie du noir. Il suivra sans motivations Kurdy. D'ailleurs Sidney, le considère comme un minable.

La vengeance

L'innocent qui s'est fait défenestrer poursuit ses tortionnaires qui l'avaient laissé pour mort afin de les tuer de sang froid. Alors qu'il se fait étrangler par Tancrède, il saisit par hasard un câble sous tension et cela provoquera leur mort. Sa vengeance est pleinement réussie.

Laura est une femme indépendante, et elle explique clairement à Jeremiah qu'elle a envie d'avoir une aventure avec lui.. Comme il lui affiche une indifférence polie, elle se sert de Tancrède pour se venger. Celui-ci est amoureux d'elle et ses parents le persuadent qu'elle est follement amoureuse de lui. Il marche dans la vengeance de Laura. Heureusement que Kurdy est là pour éviter à Jeremiah les ennuis

L'ironie

Hermann n'hésite pas de jouer ironiquement avec le bijou que les deux vieux ont volé.

Le pauvre homme qu'ils ont détroussé, à été massacré à coups de boule de billard. Lorsque Sidney leur propose de racheter cette bague, ils lui expliquent que ce bijou n'est pas à vendre, qu'il vient d'un oncle original, mort à cause d'une boule de billard.

Comme Jay croit que Kurdy est mort, il ne joue plus le rôle amnésique. Mais quand il le voit, il perd la maîtrise de son delta, et va se fracasser contre la paroi rocheuse. Cette fois il emporte définitivement le secret de l'argent avec lui.

La nature

La nature et patiente, elle reprend souvent le dessus en colonisant les ruines et cela donne des images splendides. Un rayon de soleil pénètre dans la villa par une fenêtre brisée, un arbre s'élève à travers le salon et jaillit de la maison par un toit percé. Le complexe pétrochimique se fait gentiment envahir par des arbres, des plantes grimpantes et des bosquets. Le temps semble arrêté et la lutte entre les ruines et la nature semble jouer la patience…

Hermann trouve que Delta est de loin une de ses BDs qui a un scénario des plus originaux et des plus inventifs.

Patrick Dubuis
_____________________________
2002 © Hermannhuppen.com

Re: 11. Delta

J'adore la manière dont les différentes intrigues (la vengeance, l'expédition, l'amnésie de Jay) s'entrecroisent : Hermann retombe sur ses pattes pour chacune d'elle, et non sans humour (noir) en plus ! Quant au dessin, on atteint là le top niveau de la collaboration avec Fraymond. Les scènes d'intro dans la vieille demeure, celles de la plage, éclatantes de couleurs, et surtout celles se déroulant dans le complexe pétro-chimique abandonné sont SU-BLI-MES !

3

Re: 11. Delta

Raaaah oui ! Plus le temps passe, plus je trouve ce Delta énorme. De la couverture (peut-être la meilleur de toutes les couvertures hermanniennes) au scénario en passant par le dessin, tout est brillant. Et que dire des couleurs de Fraymond ! Du grand cinéma, de la grande BD ! (L'est pas mal, mon slogan) big_smile

Re: 11. Delta

Ado, j'étais amoureux de cette BD ! J'avais même essayé de bricoler un banc-titre, avec le camescope familial pour filmer les images, faire des panos dans les cases, avec de la musique par dessus. Les cadrages et le découpages étaient tellement cinématographiques que ça me démangeait de voir ça sur un écran !