Sujet: 14. (Bois-Maury) : Vassya

http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Image/boismaury/vassya.jpg
Infos générales:
> BD no. 14
> Vassya
> Collection Vécu
> 46 pages

Editeur:
> Editions Glénat

Scénariste:
> Yves H.

Dessinateur:
> Hermann Huppen

Présentation : http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Fi … a_pres.pdf

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Bon, révérence gardée pour le Grand Sanglier Tout-puissant et caetera, est-ce que c'est moi ou bien sur cette couverture le cheval pose ses pattes sur à peu près rien, voire carrément nulle part ? Honnêtement, je crois pas que ce soit moi...
Autrement dit c'est vraiment pas la couverture d'Hermann que je préfère. En revanche il y a des choses superbes derrière cette couverture-là.
Je dois dire que j'ai pas pigé grand-chose au contexte, les enjeux géopolitiques restant assez peu cernés pour moi -- faute peut-être de pouvoir voir les protagonistes de l'échiquier "incarnés" sur le papier : les puissants, on en parle mais ils sont loin, je me perds un peu.
Mais après tout, l'essentiel n'est pas là, la toile de fond importe moins que les acteurs qui interprêtent le drame devant nous, et là tous les ressorts sont bien en place. Pour moi, humble lecteur quasi exhaustif de sa production, c'est le scénario d'Yves le plus "lisible" à ce jour, même si on assiste là à une trame qui n'innove en rien, qui existe de toute éternité -- mais ça n'est pas un reproche : c'est sur le canevas des plus anciennes tragédies qu'on continue à raconter les histoires les plus palpitantes (je sais, c'est une généralité un peu lapidaire, mais vous voyez (?) ce que je veux dire).
Je ne suis jamais retourné en arrière pour vérifier quoi que ce soit, j'ai tourné les pages avec entrain, j'ai bien aimé que ce soit le coup asséné par Vassya qui conduise Aymar à retrouver Kolya, etc. Techniquement, c'est une belle mécanique qui tourne bien en rend un son plaisant. Soyons francs : on n'en a pas tous les jours. Merci, messieurs.

...Je n'ai pas lu Casemate mais je crois avoir compris qu'un différend aurait opposé les co-auteurs autour du rôle d'Aymar ? Je suppose que ça concerne la chute (le contenu des planches 45 et 46, pour ne pas spoiler) ? Est-il temps d'aborder ça, et sous quelle forme ?

Pour finir j'ai une autre question : qu'est-ce que vous voyez, vous, vers le bas de la première case de la planche 7, un peu à droite du centre ? On voit qu'Hermann a crayonné quelque chose, mais il y a renoncé et la couleur n'a fait qu'estomper ses traits. Ce serait chouette s'il y avait une réponse à cette question (parce que, franchement, les questions sans réponses sont déjà bien assez nombreuses comme ça, vous en convenez sûrement), et si Yves était en mesure de (et d'accord pour) poser la question à Qui-Vous-Savez...

3

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Frenchoïd a écrit:

Bon, révérence gardée pour le Grand Sanglier Tout-puissant et caetera, est-ce que c'est moi ou bien sur cette couverture le cheval pose ses pattes sur à peu près rien, voire carrément nulle part ? Honnêtement, je crois pas que ce soit moi...
Autrement dit c'est vraiment pas la couverture d'Hermann que je préfère. En revanche il y a des choses superbes derrière cette couverture-là.

Je crois que c'est toi. tongue

Frenchoïd a écrit:

Je dois dire que j'ai pas pigé grand-chose au contexte, les enjeux géopolitiques restant assez peu cernés pour moi -- faute peut-être de pouvoir voir les protagonistes de l'échiquier "incarnés" sur le papier : les puissants, on en parle mais ils sont loin, je me perds un peu.
Mais après tout, l'essentiel n'est pas là,

Comme tu le dis si bien, l'essentiel n'est pas là. Le problème avec ce genre de récit qui se greffe sur un événement historique totalement inconnu du lecteur (le règne du faux Dimitri, je ne m'avance pas trop en disant qu'il n'y a pas grand monde qui pourrait tenir le crachoir plus de trente secondes sur le sujet), c'est le nombre de pages que tu dois consacrer à expliciter ledit événement (quel que soit le moyen pour le faire : didactique ou narratif). Or, je n'avais pas ces pages à ma disposition (fichues 46 planches). Donc, j'ai jeté deux trois mots afin de faire comprendre au lecteur la raison pour laquelle Aymar se trouve embarqué dans cette galère russe. Et tant pis si le contexte historique échappe, cela n'empêchera pas de lire l'histoire et, touchons du bois, d'y prendre un certain plaisir.

Frenchoïd a écrit:

...la toile de fond importe moins que les acteurs qui interprêtent le drame devant nous, et là tous les ressorts sont bien en place. Pour moi, humble lecteur quasi exhaustif de sa production, c'est le scénario d'Yves le plus "lisible" à ce jour, même si on assiste là à une trame qui n'innove en rien, qui existe de toute éternité -- mais ça n'est pas un reproche : c'est sur le canevas des plus anciennes tragédies qu'on continue à raconter les histoires les plus palpitantes (je sais, c'est une généralité un peu lapidaire, mais vous voyez (?) ce que je veux dire).

Je m'améliore ! tongue

Sans blague, disons que j'ai eu envie de raconter un drame tout ce qu'il y a de plus classique. Une histoire somme toute linéaire et sobre. Où le psychologique l'emporterait sur l'épique. Voilà tout.

Frenchoïd a écrit:

...Je n'ai pas lu Casemate mais je crois avoir compris qu'un différend aurait opposé les co-auteurs autour du rôle d'Aymar ? Je suppose que ça concerne la chute (le contenu des planches 45 et 46, pour ne pas spoiler) ? Est-il temps d'aborder ça, et sous quelle forme ?

Non, mon cher papounet aurait préféré un Aymar subissant moins les événements, davantage entreprenant. Dans l'absolu, je peux le suivre. En revanche, puisque Vassya est un jeune homme en quête d'identité (il est appelé à devenir un homme), il me semblait essentiel qu'il reste en partie observateur d'un monde qui le dégoûte de plus en plus (d'autant que son oncle lui a formellement interdit de distinguer comme il l'a fait au début de l'histoire). Mon but était de souligner mon/son aversion grandissante pour le bipède (essentiellement mâle) mais je voulais ménager Aymar : je craignais qu'en lui donnant un rôle plus actif, en le jetant au cœur de la mêlée, je l'aurait ravalé au niveau des hommes qu'il abhorre. Mais bon, un point de vue peut toujours être soumis à débat.

Cela dit, il n'y a eu aucun différend, tout juste une divergence d'opinion sur ce point-là. En revanche, ce qui l'a gonflé, c'est la monotonie de la plaine russe en matière de décor naturel. D'où le recours aux ciels spectaculaires. 

Frenchoïd a écrit:

Pour finir j'ai une autre question : qu'est-ce que vous voyez, vous, vers le bas de la première case de la planche 7, un peu à droite du centre ? On voit qu'Hermann a crayonné quelque chose, mais il y a renoncé et la couleur n'a fait qu'estomper ses traits. Ce serait chouette s'il y avait une réponse à cette question (parce que, franchement, les questions sans réponses sont déjà bien assez nombreuses comme ça, vous en convenez sûrement), et si Yves était en mesure de (et d'accord pour) poser la question à Qui-Vous-Savez...

Le crayonné d'un arbre à l'avant-plan. Gommé au profit de l'étendue morne de la plaine du Don. wink

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Frenchoïd a écrit:

c'est moi ou bien sur cette couverture le cheval pose ses pattes sur à peu près rien, voire carrément nulle part ? Honnêtement, je crois pas que ce soit moi...

Yves H a écrit:

Je crois que c'est toi. tongue

« L'amour filial t'aveugle. Pas de blâme. »

...À part ça, merci d'avoir pris la peine de donner suite, Yves. Manifestement nous sommes d'accord sur le fait que, une fois les bases historiques posées, il est temps de raconter son histoire, et dans Vassya ça me semble tout à fait réussi. J'avoue que dans Vlad l'empaleur, la volonté de brosser une fresque historique rigoureuse à l'arrière-plan avait un peu pesé sur ma lecture de l'album (mais l'ambition des deux albums n'était sans doute pas la même). Ça et le fait que mon œil de vieux lecteur d'Hermann (à ne pas confondre avec « mon vieil œil de lecteur d'Hermann », S.V.P. !) n'est pas habitué à trouver des récitatifs dans ses cases. Dans The girl from Ipanema, c'était (beaucoup) trop pour moi.

Yves H a écrit:

Je m'améliore ! tongue

Et pourquoi pas ? Tout le monde ne peut en dire autant ; j'ai des noms... big_smile

5

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Frenchoïd a écrit:

Manifestement nous sommes d'accord sur le fait que, une fois les bases historiques posées, il est temps de raconter son histoire, et dans Vassya ça me semble tout à fait réussi. J'avoue que dans Vlad l'empaleur, la volonté de brosser une fresque historique rigoureuse à l'arrière-plan avait un peu pesé sur ma lecture de l'album (mais l'ambition des deux albums n'était sans doute pas la même). Ça et le fait que mon œil de vieux lecteur d'Hermann (à ne pas confondre avec « mon vieil œil de lecteur d'Hermann », S.V.P. !) n'est pas habitué à trouver des récitatifs dans ses cases. Dans The girl from Ipanema, c'était (beaucoup) trop pour moi.

Vlad l'empaleur, comme tu le dis, avait une autre ambition. Démesurée, il est vrai. Je l'ai compris trop tard. Il aurait fallu développer le récit sur plusieurs albums pour le rendre moins pesant. Mais, entretemps, la ligne éditoriale avait été posée (triptyque) et il n'était pas question de faire machine arrière. D'autant que cela n'aurait pas plu (mais alors vraiment pas) au moustachu de se farcir deux ou trois albums sur notre ami Vlad.

Quant à The girl from Ipanema, cela reste peut-être mon album préféré. Mais je comprends qu'il puisse désarçonner ou déplaire. Encore une fois, j'ai dû me dépatouiller avec la limite de 52 planches exigée par le Maître. Or, c'était un récit qui aurait exigé d'être plus aéré sur le plan formel (70 voire 80 planches auraient permis une lecture plus reposante et sans doute marqué davantage les esprits). Cela dit, aussi bizarre que cela puisse paraître, je crois que c'est notre one-shot qui s'est le mieux vendu.

Bon, ceci était un aparté, ce n'est pas l'endroit pour parler de ces albums ! tongue

6 (modifié par xav kord 05-09-2009 12:18:18)

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Yves H a écrit:

[...] En revanche, ce qui l'a gonflé, c'est la monotonie de la plaine russe en matière de décor naturel. D'où le recours aux ciels spectaculaires.

Ben faut lui proposer des décors plus rigolos ; je sais pas, moi,... des vieux galions par exemple ? smile

Bon, j'ai pas encore acquis "Vassya" (ça ne saurait tarder), mais c'est vrai que c'est pas ma couverture préférée du Maestro ; il a qu'à pas nous donner des mauvaises habitudes, c'est vrai, quoi, on devient exigeant !!!

PS : Yves, le lien de présentation nous renvoie au PdF "le Petit Chat est Mort".

7

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

xav kord a écrit:
Yves H a écrit:

[...] En revanche, ce qui l'a gonflé, c'est la monotonie de la plaine russe en matière de décor naturel. D'où le recours aux ciels spectaculaires.

Ben faut lui proposer des décors plus rigolos ; je sais pas, moi,... des vieux galions par exemple ? smile

Ah mais je lui ai déjà proposé de faire une suite mais il n'a pas l'air très chaud... sad

xav kord a écrit:

Bon, j'ai pas encore acquis "Vassya" (ça ne saurait tarder), mais c'est vrai que c'est pas ma couverture préférée du Maestro ; il a qu'à pas nous donner des mauvaises habitudes, c'est vrai, quoi, on devient exigeant !!!

Bon, c'est vrai qu'elle est un peu plus banale. Ce n'est pas une mauvaise couverture pour autant. Elle manque juste un peu d'originalité, je l'accorde.

xav kord a écrit:

PS : Yves, le lien de présentation nous renvoie au PdF "le Petit Chat est Mort".

Merci, c'est corrigé. wink

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

L'insecte qui fait l'intro (et qu'on revoit brièvement planche 24, image 9, non ?), ça me rappelle un autre Hermann, mais je ne parviens pas à retrouver lequel. Est-ce que je me trompe ? Si pas quel album, et est-ce voulu ?
Sinon -- si c'est bien une première chez Hermann --, alors disons que ça semble tellement évident que c'est comme si ç'avait existé de toute éternité (huppenienne au moins)...

9

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

C'est possible mais ça ne me dit rien. Faudrait relire toute l'œuvre... Quelqu'un ? wink

En tout cas, si c'est une redite, elle est inconsciente et donc involontaire.

10

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Vassya, une bonne histoire, bien "filmée". Le format de 46 planches convient parfaitement au
rythme de cet épisode. Personnellement, la couverture me plaît; elle fait écho au tome 10,
Olivier. Merci  simplement.

Petite remarque, page 2, dans la bibliographie d'Hermann, chez Glénat, ils n'ont pas l'air à l'heure: ils ne savent pas que Jérémiah a plus de 23 tomes...
Ils ont un peu de mal à orthographier Caatinga et à l'attribuer au bon éditeur...

11

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

nim70 a écrit:

Vassya, une bonne histoire, bien "filmée". Le format de 46 planches convient parfaitement au
rythme de cet épisode. Personnellement, la couverture me plaît; elle fait écho au tome 10,
Olivier. Merci  simplement.

Petite remarque, page 2, dans la bibliographie d'Hermann, chez Glénat, ils n'ont pas l'air à l'heure: ils ne savent pas que Jérémiah a plus de 23 tomes...
Ils ont un peu de mal à orthographier Caatinga et à l'attribuer au bon éditeur...

Ah, c'est normal : à partir 40 ans, les premiers outrages du temps se font sentir ! ;)

Cela dit, bienvenue sur le forum. :)

12

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Yves H a écrit:

C'est possible mais ça ne me dit rien. Faudrait relire toute l'œuvre... Quelqu'un ? wink

Ben y'a la fameuse planche de la mouche évoquée par ailleurs ; mais l'utilisation est différente.

Sinon, ce type d'introduction très cinématographique m'a fait pensé au début de "Forrest Gump" (je crois), mais impossible de me souvenir de ce qui vole et que la caméra suit.

En tout cas, voilà une fameuse planche de Hermann !

13

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

xav kord a écrit:

Sinon, ce type d'introduction très cinématographique m'a fait pensé au début de "Forrest Gump" (je crois), mais impossible de me souvenir de ce qui vole et que la caméra suit.

Une plume, non ?

14

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Ou une feuille ? roll

15

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Selon Wikipedia, c'est une plume :

Synopsis

Une plume s'envole et atterrit aux pieds de Forrest Gump, un simple d'esprit, assis sur un banc en attendant le bus. Il va raconter la fabuleuse histoire qu'est sa vie aux passants qui viendront s'asseoir sur le banc. La vie de Forrest Gump sera à l'image de la plume, que l'on aperçoit au début et à la fin du film et qui se laisse porter par le vent tout comme Forrest Gump se laisse porter par ses aventures incroyables dans l'Amérique de la seconde moitié du XXe siècle.

wink

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Justement, je me serais attendu à ce que le coléoptère conclue également le récit, d'autant qu'on le revoit en cours. Mais bon, ça va, je fais mon deuil...

17

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Oui, et puis c'est pas l'histoire de Walter le Coléoptère, hein ? smile

18

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Frenchoïd a écrit:

Justement, je me serais attendu à ce que le coléoptère conclue également le récit, d'autant qu'on le revoit en cours. Mais bon, ça va, je fais mon deuil...

J'aurais aimé mais ça demandait une petite planche en plus et donc une révision du découpage (plus quelques coupes sombres). J'ai préféré abandonner l'idée. wink

19

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Bon, je viens d'avoir la réponse de Glénat : pas de TT de Vassya. Sauf si SAF en formule le désir, ce qui est hautement improbable.

Il n'y aura donc au menu que l'intégrale des 10 premiers tomes appelée pompeusement "intégrale or".

20 (modifié par Frenchoïd 09-09-2009 14:56:38)

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Merci, Yves. C'était donc une ânerie lue sur un forum. C'est pas la dernière...

21

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Je viens juste de le lire.
Alors, déjà, une question majeure : le pinceau Japonais n'aurait-il pas fait là sa réapparition ?
Les dessins sont une fois de plus superbes, et l'on constate qu'une fois de plus Hermann évolue.
Rien de révolutionnaire, mais s'il on compare aux Pirates, on sent le graphisme bougé ( cette histoire de feutre pinceau déjà) .
Et cette case 4 planche 13, a t'on déjà vu Hermann si bucolique ?

L'histoire maintenant.

Ayant lu le dossier de présentation sur le site, je n'étais pas largué pour ce qui est du contexte historique.
Les amours contrariés du jeune Aymar, prit dans dans la tourmente d'une guerre qu'il finit par rejeter, se lisent avec plaisir.
Un grand cru que ce Bois Maury.

Au passage je me demandais si tu n'avais pas emprunté quelques expressions copyrightés chez ton paternel.
Ainsi, le " Quand on est pas plus épais qu'un moucheron on reste à l'abris du vent"  de Kolya, ou bien Vasili s'exclamant "Le jour ou il t'a fait, ton père aurait mieux choisi en baisant une taupinière!"

22

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Rice N a écrit:

Je viens juste de le lire.
Alors, déjà, une question majeure : le pinceau Japonais n'aurait-il pas fait là sa réapparition ?

Non, pas de pinceau japonais mais les traits sont surlignés à l'aquarelle au gris de Payne, plus léger.

Rice N a écrit:

Au passage je me demandais si tu n'avais pas emprunté quelques expressions copyrightés chez ton paternel.
Ainsi, le " Quand on est pas plus épais qu'un moucheron on reste à l'abris du vent"  de Kolya, ou bien Vasili s'exclamant "Le jour ou il t'a fait, ton père aurait mieux choisi en baisant une taupinière!"

Celle-là oui. Ça faisait longtemps que je rêvais de la placer quelque part ! lol

Il la répète depuis des années à qui veut l'entendre quand la discussion aborde la question de sa conception : "mon père aurait mieux fait de baiser une taupinière ce jour-là" ! wink

23

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Yves H a écrit:

Il la répète depuis des années à qui veut l'entendre quand la discussion aborde la question de sa conception : "mon père aurait mieux fait de baiser une taupinière ce jour-là" ! wink

Sauf son respect, et nonobstant toute histoire personnelle, non. Son père a bien fait. N'hésite pas à lui transmettre. Vraiment.

24

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

xav kord a écrit:
Yves H a écrit:

Il la répète depuis des années à qui veut l'entendre quand la discussion aborde la question de sa conception : "mon père aurait mieux fait de baiser une taupinière ce jour-là" ! wink

Sauf son respect, et nonobstant toute histoire personnelle, non. Son père a bien fait. N'hésite pas à lui transmettre. Vraiment.

Ce sera fait. Lorsque l'occasion m'en sera donnée, bien sûr. wink

25

Re: 14. (Bois-Maury) : Vassya

Dans un prochain Bois Maury ? tongue