Sujet: Zhong Guo

http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Image/oneshot/oneshot_bd9.jpg
Infos générales:
> One shot
> Zhong Guo
> Collection Aire libre
> 52 pages
> Publié en 2003

Editeur:
> Editions Dupuis

Scénariste:
> Yves H.

Dessinateur:
> Hermann Huppen

Présentation : http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Fi … ongguo.pdf
Analyse : http://www.hermannhuppen.be/fichiers/Fi … ongguo.pdf

Re: Zhong Guo

Bonjour, Yves.
Relisant Zhong Guo, je retrouve un point qui m'avait un peu surpris en 2003, et sur lequel je te serais reconnaissant de bien vouloir apporter ton éclairage (si le cœur t'en dit bien sûr) : pourquoi avoir choisi de représenter le "McGuffin" (*) sous la forme d'une "bête" disquette, dans ce récit situé dans un futur suffisamment différent de notre présent, technologiquement, pour que les véhicules se déplacent (apparemment) par sustentation et que clones humains et implants mémoriels soient apparemment choses aisées ? Quand l'histoire a été conçue (2003 donc), la disquette était déjà un support obsolète, ou tout comme. Il aurait été plus convaincant d'opter pour une clé USB, ou tout autre support de stockage inventé pour la circonstance. Est-ce parce que, "plastiquement", il t'apparaissait comme un objet iconique aisément identifiable par tout le panel de tes lecteurs potentiels ?
Merci d'avance pour tes éclaircissements (si tu souhaites en donner bien sûr, c'est une question de lecteur, pas une "mise en demeure" de te justifier) !

(*) Pour les néophytes (s'il en est ?), il s'agit d'un concept inventé par Hithcock (dit-on ?) pour désigner ce après quoi les personnages courent, ce autour de quoi l'intrigue s'articule, et qui souvent n'est qu'un objet-prétexte, l'intérêt d'une histoire résidant le plus souvent non pas dans la raison qui fait bouger les personnages mais dans la façon dont ils bougent. Hitchcock donnait (je crois) comme exemple un microfilm, dont lui-même se fichait bien de qu'il abritait comme informations.

3

Re: Zhong Guo

Frenchoïd a écrit:

Bonjour, Yves.
Relisant Zhong Guo, je retrouve un point qui m'avait un peu surpris en 2003, et sur lequel je te serais reconnaissant de bien vouloir apporter ton éclairage (si le cœur t'en dit bien sûr) : pourquoi avoir choisi de représenter le "McGuffin" (*) sous la forme d'une "bête" disquette, dans ce récit situé dans un futur suffisamment différent de notre présent, technologiquement, pour que les véhicules se déplacent (apparemment) par sustentation et que clones humains et implants mémoriels soient apparemment choses aisées ? Quand l'histoire a été conçue (2003 donc), la disquette était déjà un support obsolète, ou tout comme. Il aurait été plus convaincant d'opter pour une clé USB, ou tout autre support de stockage inventé pour la circonstance. Est-ce parce que, "plastiquement", il t'apparaissait comme un objet iconique aisément identifiable par tout le panel de tes lecteurs potentiels ?
Merci d'avance pour tes éclaircissements (si tu souhaites en donner bien sûr, c'est une question de lecteur, pas une "mise en demeure" de te justifier) !

(*) Pour les néophytes (s'il en est ?), il s'agit d'un concept inventé par Hithcock (dit-on ?) pour désigner ce après quoi les personnages courent, ce autour de quoi l'intrigue s'articule, et qui souvent n'est qu'un objet-prétexte, l'intérêt d'une histoire résidant le plus souvent non pas dans la raison qui fait bouger les personnages mais dans la façon dont ils bougent. Hitchcock donnait (je crois) comme exemple un microfilm, dont lui-même se fichait bien de qu'il abritait comme informations.

Je ne me souviens plus de la raison pour laquelle j'avais opté pour ce support plutôt qu'un autre. Mais il me semble en effet que c'est pour des raisons graphiques que cette brave vieille disquette fut choisie. Elle est de forme simple, identifiable au premier coup d'œil et connue de tous, même des non-initiés à l'informatique.

Voilà, j'espère que ça te convient comme réponse parce que je n'en ai pas d'autre ! tongue

Re: Zhong Guo

Je prends en l'état, Yves -- merci d'avoir pris la peine de donner suite !

5

Re: Zhong Guo

Je viens de terminer l'album. Je ne l'avais pas encore !
Outre l'histoire, j'aime beaucoup la mise en page très "cinématographique"-(Oui, je me répète, j'ai dis la même chose pour VASSYA), mais justement, ne serait-ce pas l'intervention du scénariste qui a fait des études de cinéma qui influencerait ?
Notamment le passage de la planche 18 à 19...

Et puis alors la case 7 de la planche 15 m'a bien fait sourire; On en a pas beaucoup l'occasion dans cette histoire, si ce n'est de sourire"jaune" !!! En tous les cas, comme bien souvent, quand on en a commencé la lecture, difficile d'en décrocher.

6

Re: Zhong Guo

Alain a écrit:

ne serait-ce pas l'intervention du scénariste qui a fait des études de cinéma qui influencerait ?

Dans ce genre de scène, vu qu'on est tous les deux fans de cinéma, on est souvent sur la même longueur d'onde. wink

7

Re: Zhong Guo

Réponse à une remarque de Rice postée sur un autre fil.

Rice N a écrit:

J'ai confiance en Yves, en ses qualités de scénariste (seul  Zhong Guo ne m'a jamais accroché ).

Zhong Guo souffre de deux défauts majeurs : une ambition narrative trop grande pour un one-shot de 52 pages (c'est mon gros défaut), m'obligeant à des raccourcis beaucoup trop abrupts qui ont perdu le lecteur. Et le thème choisi qui ne colle pas au style du dessinateur. La Chine en soi ne pose pas problème mais bien la retranscription graphique d'un monde futuriste et technologique.

8

Re: Zhong Guo

M'enfin ! T'arrête quand de dézinguer ton propre travail ? !! Fais gaffe, cheval dire à ton père !

9

Re: Zhong Guo

Je ne dézingue pas, je suis lucide. Il s'agit bien des deux défauts majeurs de ce récit. Qui pour le reste a des qualités indéniables (par exemple la fin dont je suis assez content). Tu vois que je ne crache pas toujours sur mon boulot. wink

10

Re: Zhong Guo

Je suis assez d'accord sur la réserve que tu émets par rapport au rendu du monde futuriste et technologique, mais ça, c'est quand même plus de la responsabilité de M. Père que de son (trop) modeste rejeton... M. Père, qui, par ailleurs, et je m'en suis déjà exprimé en d'autres fils (lire [fil], pas [fis] !), figure en meilleure place dans mon Panthéon personnel, qui, pour décousu qu'il fût, ressemble à s'y méprendre à celui du sieur Filippini quant à l'hégémonie du Suidé Ardennais sur ses congénères.
Quant à l'exiguïté des 52 pages, je l'ai nettement moins ressenti que celle des 104 pages du Diable des sept mers. Comme quoi tout est relatif...
Bref, pour faire simple : j'aime bien Zhong Guo !

11

Re: Zhong Guo

xav kord a écrit:

Quant à l'exiguïté des 52 pages, je l'ai nettement moins ressenti que celle des 104 pages du Diable des sept mers.

Ce qui s'explique aisément vu que le Diable n'en compte que 92 (deux fois 46*) ! wink

* Bon, d'accord, 93 pages avec la planche surnuméraire.

Re: Zhong Guo

xav kord a écrit:

M'enfin ! T'arrête quand de dézinguer ton propre travail ? !! Fais gaffe, cheval dire à ton père !

Ne dit-on pas plutôt "Je va(che) le dire à ton père" (en patois limousin, bien sûr !) ?

13

Re: Zhong Guo

Frenchoïd a écrit:
xav kord a écrit:

M'enfin ! T'arrête quand de dézinguer ton propre travail ? !! Fais gaffe, cheval dire à ton père !

Ne dit-on pas plutôt "Je va(che) le dire à ton père" (en patois limousin, bien sûr !) ?

Non, mais ça, je vais vraiment le dire à mon père ! big_smile

14

Re: Zhong Guo

Yves H a écrit:
xav kord a écrit:

Quant à l'exiguïté des 52 pages, je l'ai nettement moins ressenti que celle des 104 pages du Diable des sept mers.

Ce qui s'explique aisément vu que le Diable n'en compte que 92 (deux fois 46*) ! wink

* Bon, d'accord, 93 pages avec la planche surnuméraire.

C'est pas hors-sujet, ça ? Ça ne devrait pas être dans le coin du pinailleur, cette remarque ?

15

Re: Zhong Guo

xav kord a écrit:
Yves H a écrit:
xav kord a écrit:

Quant à l'exiguïté des 52 pages, je l'ai nettement moins ressenti que celle des 104 pages du Diable des sept mers.

Ce qui s'explique aisément vu que le Diable n'en compte que 92 (deux fois 46*) ! wink

* Bon, d'accord, 93 pages avec la planche surnuméraire.

C'est pas hors-sujet, ça ? Ça ne devrait pas être dans le coin du pinailleur, cette remarque ?

C'est parfaitement hors-sujet, en effet, mais c'est toi qu'as commencé. tongue

16 (modifié par Rice N 02-10-2010 10:32:24)

Re: Zhong Guo

Yves H a écrit:

Réponse à une remarque de Rice postée sur un autre fil.

Rice N a écrit:

J'ai confiance en Yves, en ses qualités de scénariste (seul  Zhong Guo ne m'a jamais accroché ).

Zhong Guo souffre de deux défauts majeurs : une ambition narrative trop grande pour un one-shot de 52 pages (c'est mon gros défaut), m'obligeant à des raccourcis beaucoup trop abrupts qui ont perdu le lecteur. Et le thème choisi qui ne colle pas au style du dessinateur. La Chine en soi ne pose pas problème mais bien la retranscription graphique d'un monde futuriste et technologique.

Je suis assez d'accord avec toi (en fait, même totalement d'accord)
52 pages pour traiter un tel sujet, c'est bien sûr trop court. Difficile de mettre un univers aussi  neuf en si peu d'espace.
Concernant le rendu graphique d'un monde futuriste, j'imagine que ce n'est déjà pas la tasse de thé d'Hermann, mais en plus, ce genre de représentation est toujours à côté de la plaque.
J'ai revu Blade Runners récemment, et si les décors futuristes sont impressionnants, de songer que l'action se situe en 2019 m'a fait doucement marrer quand même.

17

Re: Zhong Guo

Bon, dans Zhong Guo, je ne me suis pas hasardé à placer l'action à une date précise. Elle se situe dans un futur vague et imprécis, ce qui me protège au moins de ces sarcasmes-là. wink

En effet, confier la représentation d'un monde futuriste et technologique à mon père était une mauvaise idée. Dans Jeremiah, il y trouve son compte car ce monde est déglingué et chaotique, plus western que réellement futuriste. Dans Zhong Guo, c'est tout le contraire et il lui aurait fallu travailler énormément sur les décors, les engins, les tenues vestimentaires pour arriver au résultat escompté. Il serait devenu fou bien avant, lui qui ne passe jamais plus d'une heure ou deux à préparer un album en esquissant rapidement l'un ou l'autre personnage. C'est à l'instant du crayonné sur la planche qu'il met en place son décor, jamais avant. C'était donc perdu d'avance.

18 (modifié par Rice N 03-10-2010 10:04:39)

Re: Zhong Guo

Au moins l'as-tu fait, donc pas de regret de ce côté là.

Yves H. a écrit:

lui qui ne passe jamais plus d'une heure ou deux à préparer un album en esquissant rapidement l'un ou l'autre personnage. C'est à l'instant du crayonné sur la planche qu'il met en place son décor, jamais avant.

Je comprend qu'il ai râlé sec avec les bateaux du Diable des 7 mers lol

19

Re: Zhong Guo

Rice N a écrit:

Au moins l'as-tu fait, donc pas de regret de ce côté là.

Yves H. a écrit:

lui qui ne passe jamais plus d'une heure ou deux à préparer un album en esquissant rapidement l'un ou l'autre personnage. C'est à l'instant du crayonné sur la planche qu'il met en place son décor, jamais avant.

Je comprend qu'il ai râlé sec avec les bateaux du Diable des 7 mers lol

Ne crois cependant pas qu'il ait davantage préparé ce diptyque que ses albums précédents. Préparation minimale, c'est son crédo. Son impatience pathologique ne supporterait pas la moindre entorse à sa ligne de conduite. Et l'âge n'arrange rien à l'histoire...

20

Re: Zhong Guo

Yves H a écrit:

Réponse à une remarque de Rice postée sur un autre fil.

Rice N a écrit:

J'ai confiance en Yves, en ses qualités de scénariste (seul  Zhong Guo ne m'a jamais accroché ).

Zhong Guo souffre de deux défauts majeurs : une ambition narrative trop grande pour un one-shot de 52 pages (c'est mon gros défaut), m'obligeant à des raccourcis beaucoup trop abrupts qui ont perdu le lecteur. Et le thème choisi qui ne colle pas au style du dessinateur. La Chine en soi ne pose pas problème mais bien la retranscription graphique d'un monde futuriste et technologique.

voilà, je me suis enfoin rattrapé!! Et bien, pour résumé je dirai en effet que j' ai bien accroché à l' histoire et j' adore la fin!! Si je dois vraiment pinailler,dommage en effet, le manque de pages pour vraiment se placer dans l' histoire!!